Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Manifestation du Fndc : ça passe ou ça casse (Éditorial)

A moins de 48 heures de sa marche pacifique prévue dans la capitale, la coordination du Front national pour la défense de la constitution (Fndc), est en train de s’atteler au dernier réglage de ce coup d’essai, dans une ambiance empreinte de fébrilité. Le front compte y aller sabre au clair, avec l’onction de la classe politique, qui partage en partie ses idéaux. Dans cette épreuve de force destinée à faire plier le Conseil national du rassemblement pour le développement (Cnrd), accusée à tort ou à raison d’être la mauvaise conscience de la transition.

Après avoir été contrainte de lever le pied, juste à la veille de sa manifestation du 23 juin dernier, la coordination du Fndc n’entend pas cette fois-ci faire machine arrière. C’est comme si les bras lui démangeaient dans son envie d’en découdre avec les autorités de la transition. Tout porte-à-croire que le front croit de plus en plus en son étoile, dans ce bras de fer qui se dessine avec la junte. Vu la facilité avec laquelle elle serait en train de brasser des troupes dans le vivier de la classe politique, dans la perspective de ses marches du 28 juillet et du 4 août.

Ayant reçu le quitus de l’Anad et de l’Ufr, deux entités aux assises solides, en termes de l’engagement militant. De quoi rasséréner Oumar Sylla alias Foniké Mengué et son mouvement. Donnant ainsi l’assurance de vouloir reprendre le flambeau de la contestation, sous le magistère du colonel Mamadi Doumbouya.

L’occasion est opportune pour le Fndc de reprendre des ailes, après avoir perdu des plumes dans le combat contre le troisième mandat.

Dans ce Casus belli qui tourne autour de la gestion de la transition, la coordination exige de la junte un chronogramme consensuel, d’une durée maximale de deux ans. Ainsi que la mise en place d’un cadre de dialogue inclusif.

A ces revendications de base, se greffent la déclaration des biens des membres du gouvernement et la liste nominative des membres du Cnrd. Une plateforme dont la satisfaction serait non négociable.

A contrario, le mouvement anti-troisième mandat entend aller sabre au clair contre la junte, dans une logique de « ça passe ou ça casse ».

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...