Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Lourdeur administrative : allez-y payer votre facture à EDG et perdre toute votre journée !

Il s’agit d’une situation qui a cours, depuis bien des années, dans les agences de EDG (Electricité De Guinée), à travers tout le pays. A certaines périodes, on y voit, toute la journée, de longues files de clients venus acquitter leurs factures d’électricité devant les guichets ouverts à cet effet. Il n’est point besoin d’expertise pour imaginer les conséquences qu’une telle situation entraîne. Dans ce lot de préjudices, nous allons en citer quelques-uns.

Au-delà de l’image peu reluisante que ce spectacle offre aux yeux de l’observateur, nous avons, la perte de temps pour tous ces clients soumis à une longue attente pour être servis. Mais aussi, l’inconfort et le stress qu’ils vivent avant d’être satisfaits. Ils restent longtemps alignés les uns derrière les autres, toutes strates socio-professionnelles confondues. On a de la peine à voir tant d’hommes et de femmes, jeunes et vieux, cadres et citoyens lambda regroupés, souvent pêle-mêle, sans masque pour la plupart, surtout par ces temps de coronavirus non encore dompté. Et quand on sait que nos concitoyens sont peu enclins à rester patients dans un rang, on n’est guère surpris des déboîtements qui en résultent et qui favorisent désordre et bruit. Toutes choses qui impactent le cours normal de l’opération, mais aussi par ricochet le bon fonctionnement de l’agence. Quelque fois, la nature elle-même s’en mêle pour compromettre la bonne tenue des rangs. C’est le cas, lorsqu’il pleut ou lorsque la canicule est à son paroxysme.

Cette réalité que les agences de la guinéenne d’électricité ont en partage, a une foultitude d’explications. Chaque partie au problème brandit les siennes avec conviction. Pour les responsables d’agence, les clients sont à l’index. Ils attendent toujours la dernière semaine avant la date limite de paiement de leurs factures pour arriver par milliers devant les guichets. Ce que réfutent bon nombre de ces derniers qui arguent qu’avec les gros montants qu’on leur impute, ils ne trouvent pas facilement l’argent nécessaire. Ce qu’on assimile à tort à une soi-disant précipitation à venir seulement au dernier moment, tient au délai limite d’acquittement des factures qu’ils jugent trop court. De même, pour ceux d’entre eux qui en sont très éloignés, de réels problèmes de déplacements réduisent leurs capacités à joindre facilement le siège de l’agence. Une autre catégorie de clients comprend les agents ou cadres de secteurs, au fonctionnement très contraignant. Quand ces derniers n’ont personne à commissionner et qu’ils viennent former le rang devant l’agence pendant des heures, cela est hautement préjudiciable pour eux. Il faut admettre qu’il en est ainsi pour tous les autres qui ont chacun une occupation qu’ils abandonnent pour venir.

Pour les clients, c’est à EDG, dont ils viennent remplir les caisses, qu’il revient de créer les meilleures conditions d’accueil et de service. Ils déclarent, à tort ou à raison, mal comprendre que leur fournisseur d’énergie ne mette pas assez de plaisir et d’empressement à percevoir l’argent qu’ils lui apportent. Pour preuve, même aux moments de forte affluence, c’est en général, un seul guichet, sur deux ou trois existants, qui fonctionne pour accueillir tout le monde. Nulle part, on ne fait cas du retard que cela inflige à tout le processus, quand on prend en compte le temps mis à échanger avec le client, compter son argent et établir sa facture. Aussi, les interférences des appels téléphoniques incessants que reçoivent les opératrices et les versements effectués en parallèle, au profit de clients qui ne sont pas dans les rangs et qui sont ‘’parrainés’’ par quelques responsables de l’entreprise.

Ajoutons à ce tableau le fait que ces laborieuses opérations sont quelquefois perturbées par des interruptions ponctuelles de la connexion internet, ou des… coupures de courant. Eh, oui ! Chacun de ces incidents arrête totalement le processus en cours ou renvoie à l’encaissement manuel des factures.

Ce sont là, les quelques problèmes liés à cette opération qui se passe, de manière cyclique et intensité variable, dans les agences d’EDG, à travers le pays. Une réalité qui plombe le fonctionnement correct de ce service public, si essentiel à la vie quotidienne des citoyens. Pour peu que ce diagnostic soit partagé par les responsables concernés, il y a à espérer que des solutions idoines soient trouvées au plus tôt, pour corriger ou, à tout le moins atténuer, ce mauvais tir préjudiciable, tant à l’entreprise qu’à ses nombreux clients.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte En savoir