Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Littérature : Dr Yassine Kervella-Mansaré présente son troisième ouvrage 

Après « Veuvage féminin et sacrifice d’animaux chez les peuls du Fouta Djallon » et « Pulaaku, le code d’honneur des peuls », Yassine Kervella-Mansaré atterrit à nouveau dans le paysage littéraire, notamment à travers l’ouvrage qui s’intitule « La condition peule hier et aujourd’hui : étude comparative de communautés Guinée et Tchad ».

Pour l’auteure, la démarche comparative adoptée pour la rédaction de ce livre est de déterminer en quoi cette distance – qui couvre actuellement une vingtaine de pays – a provoqué des divergences de comportements culturels tout en préservant des traits communs.

A l’en croire, cette œuvre littéraire revêt un double avantage en termes d’apport. « D’une part, il s’agit d’exposer des observations aussi actuelles que possibles concernant les communautés géographiques très distantes, sans contact entre elles : c’est le cas des peuls sédentaires de la Guinée et ceux nomades du Tchad, tout en pratiquant des formes distinctes de pastoralisme bovin. De l’autre, il s’agit de mettre en exergue un patrimoine commun (…) auquel cas les conclusions inspirées par l’étude des communautés précitées pourraient être étendues aux autres », explique la jeune écrivaine.

Dans le même sillage, Dr Kervella-Mansaré aborde également une question préjudicielle : celle de savoir en quoi il est légitime ou non de parler de groupements ethniques, d’identités ou de personnalités ethniques.

« J’essaie de démontrer, bien qu’il importe de définir le point de vue adopté selon qu’il est, celui de l’observateur (qui est mon cas : observateur extérieur qui a été formé à la relativité et à la critique des concepts employés en ethnologie), mais il y a aussi la posture des observés qui expriment spontanément le sentiment d’appartenir au lignage dérivant d’une même ancienne matrice », indique-t-elle.

La condition peule hier et aujourd’hui : étude comparative de communautés Guinée et Tchad est la réadaptation de la thèse doctorale de l’écrivaine à un format grand public. L’ouvrage de 354 pages, compartimenté en trois chapitres, avec une longue introduction qui expose sur la méthodologie de recherche de l’auteure, qui situe les zones où elle s’est rendue pour ses enquêtes ethnographiques et qui présente les cartes pour les noms peuls, entre autres.

Aussi, ce livre rappelle l’histoire des peuls, leur origine, aborde les mythes à travers des données spatio-temporelles, parle de la vache, de la place de la femme peule dans la communauté, mais aussi de ses occupations. Il parle également de l’organisation d’un ensemble communautaire où Yassine Kervella-Mansaré étale la place de l’homme, de son statut au sein de la communauté peule, du mariage endogame, de l’islam, des aspects politiques des chefs.

A l’image des deux précédents, cet autre ouvrage est édité par l’Harmattan France diffusé en Guinée par l’Harmattan Guinée.

Originaire de Mamou, Yassine Kervella-Mansaré est docteur en Anthropologie et chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique ainsi qu’au Laboratoire d’étude et de recherche en Sociologie à l’université de Bretagne occidentale. Ses axes de recherche sont assez variés. Elle a beaucoup travaillé sur les inégalités sociales, les rites funéraires, les questions identitaires.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...