Le stade de Coleah vibre au rythme de la campagne électorale du RPG Arc-en-ciel

0

A l’appel des membres du directoire de compagne du parti au pouvoir, ils étaient plusieurs milliers de militants et sympathisants du RPG Arc-en-ciel à prendre d’assaut le stade de Coleah, dans la commune de Matam, pour assister au meeting tenu là au soir de ce samedi 27 janvier 2018.

La cérémonie a été rehaussée de la présence effective du ministre de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle, de l’Emploi et du Travail, Damantang Albert Camara, du directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale, Malick Sankhon, ainsi que de plusieurs autres cadres de l’administration publique guinéenne.

L’occasion a été mise à profit par l’impresario pour présenter les 37 candidats portés sur la liste du parti dans cette municipalité. Dans la foulée, Mme Kadiatou Sylla, Vice-présidente du directoire de campagne du Rpg Arc-en-ciel à Matam, au regard des personnes ressources et intègres qui composent la liste de son parti s’est dit persuadée que le Rpg Arc-en-ciel qui va passer haut-la-main à Matam. Et qu’une fois élues, ces personnes s’attèleront à l’accompagnement de la jeunesse et des femmes dans les activités génératrices de revenus et à alléger le panier de la ménagère, des facteurs si chers au chef de l’Etat, dit-elle.

Dans la même lancée, le directeur général du Patrimoine bâti public, Mohamed Lamin Yayo, par ailleurs chef du directoire de campagne du RPG Arc-en-ciel à Matam a remercié la cohorte de militants vêtus pour la plupart de jeune pour sa compacte mobilisation.

«Cela nous rassure pour dire qu’au soir du dimanche 4 février, le Rpg Arc-en-ciel brandira le flambeau de la victoire», a-t-il misé. Sur le bien-fondé de ‘‘l’impérieux’’ soutien à la liste du Rpg Arc-en-ciel, M. Yayo, jetant un regard dans le rétroviseur de l’histoire pour ressortir certains faits avant 2010, a déclaré ce qui suit :

«Je m’en vais vous présenter un tableau qui était lugubre et où tous les agrégats économiques étaient au rouge. L’inflation caracolait autour de 21,7%. La Guinée, sur le plan économique, n’était pas fréquentable. Il a fallu attendre l’avènement du président Alpha Condé pour que les tendances soient inversées. L’impôt minimum de capitation a été supprimé. Ce qui a auguré des lendemains meilleurs et a libéré les populations guinéennes des charges financières incompressibles», a-t-il égrené au bout du doigt.

«Si vous devez voter, c’est bien au regard de cet élogieux bilan qui reste positivement défendable à tout point de vue», a-t-il poursuivi avant d’inviter les uns et les autres à aller faire le retrait de leurs cartes d’électeurs en vue de pouvoir élire les 37 candidats présentés par leur parti à Matam.