Flou entre listes indépendantes et Alpha Condé : Malick Sankhon tranche

1

 « Si vous êtes sur une liste indépendante, vous n’êtes pas avec Alpha Condé »

Bantama Sow et autres ténors absents, l’assemblée hebdomadaire du RPG Arc-en-ciel a été essentiellement animée par Malick Sankhon et Zalikatou Diallo. Le premier a d’abord félicité le président Alpha Condé pour les infrastructures réalisées à Kankan (dans le cadre des festivités de l’indépendance de la Guinée, NDLR). « Aujourd’hui, Kankan est plus beau que Conakry… A Kankan les routes sont larges, elles ne sont pas sales, tout est propre. Les infrastructures sont neuves et nous sommes persuadés que ces infrastructures seront bien entretenues », a apprécié Malick Sankhon qui s’est même permis de comparer le schéma d’aménagement de Kankan à ceux de Bouaké (Côte d’Ivoire ) et d’Ouagadougou la capitale burkinabè. « C’est une chance que toutes les préfectures puissent se faire à cette image », a-t-il ajouté.

 Après ces quelques mots sur Kankan, Malick Sankhon a abordé les élections communales. Là-dessus, il  a d’abord décerné un satisfécit spécial à l’ancien ministre de la Fonction publique Sékou Kourouma, pour « les coalitions qu’il a réussi à former » à Conakry ( Dixinn et Matoto ) en faveur du RPG Arc-en-ciel.  « Des partis sont venus s’ajouter à nous grâce à sa diplomatie », lui a-t-il reconnu.

Aux chefs des sections du RPG Arc-en-ciel, Malick Sankhon a voulu être véridique. «Vous dites que vous avez fait tels pourcentages. Le Bureau national veut savoir la part qui revient au RPG dans ces pourcentages », leur a-t-il dit, annonçant que cette vérification se fera la semaine prochaine.  Prenant l’exemple de Matoto où il estime à 450 000 le nombre d’électeurs, il croit que le RPG peut y compter sur un minimum de 200 000 électeurs. « Si nous avons à nous seuls les 200 mille, les autres se partageront les 200 000 autres. Cela nous permettra d’avoir facilement la mairie….Nous allons donc vérifier les résultats de toutes les sections de Conakry dès lundi (22 janvier 2018) », a-t-il expliqué. « Chaque fois que nous serons dans une section, elle nous fournira obligatoirement la liste des délégués titulaires et suppléants par bureau de vote. Deuxièmement, chaque section nous fournira le nombre de cartes d’électeur retirées dans sa section… Ainsi, le samedi prochain, on vous dira ici (au siège du parti) qui a fait quoi  », a-t-il poursuivi.

Quoique félicitant les alliances, Malick Sankhon a appelé les militants à compter d’abord sur leurs propres efforts. Et il croit que le RPG est assez fort pour le faire.

Si Malick Sankhon se veut sévère avec les militants, c’est parce qu’il ne veut que le parti présidentiel connaisse l’expérience de 2013, lors des élections législatives. « Une élection est comme votre femme, vous ne pouvez pas la laisser à quelqu’un. Donc, les urnes sont à nous. Nous devons nous battre pour gagner les cinq circonscriptions. Les élections législativess en 2013, nous les avons bêtement perdues à Matoto alors que nous y sommes majoritaires. Entre le RPG  et l’UFDG, il y avait plus de 70 000 voix d’écart sur la liste nationale. Pourtant, au scrutin uninominal, nous avons perdu à Matoto à cause des urnes qui se sont retrouvés dans la nature… Nous n’avions pas surveillé les urnes. Cette fois-ci, vous allez prendre toutes les dispositions pour ne pas perdre les urnes », a-t-il lancé.

 Ces intellos qui n’aident pas le parti

 Le directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale estime que tout le monde devrait oeuvrer pour la victoire du parti. «Nous ne pouvons pas concevoir qu’il y ait des cadres qui refusent d’assister le parti. Monsieur le secrétaire général, quand vous parlez à certains cadres, ils ont le toupet de vous dire que nous sommes des technocrates. C’est comme si nous autres nous sommes des imbéciles. S’ils sont technocrates, c’est parce que le RPG Arc-en-ciel est au pouvoir. Si le RPG n’était pas au pouvoir, ils allaient rester chez eux… Vous qui êtes à côté d’eux, ce n’est pas de délation. Celui qui refuse de nous aider, il faut le dire pour qu’on le sache. Vous ne pouvez pas profiter du RPG-Arc-en-ciel et croisez les bras pendant que celui-ci va au combat », a dit Malick Sankhon sous les ovations de l’assemblée.

 Malick Sankhon ne croit pas non plus aux cadres (de l’administration) qui sont sur des listes indépendantes. « A Kaloum par exemple, il y en a qui disent : moi je suis sur une liste indépendante, mais je travaille avec Alpha Condé. C’est faux ! Si vous êtes sur une liste indépendante, vous n’êtes pas avec Alpha Condé. Il faut que ce soit clair !  »