L’ARPT réclame plus de six milliards à 47 radios et télés

0

On sait un peu pourquoi l’autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPT) de Guinée a entamé la fermeture, depuis ce matin, des radios et télévisions de Guinée. C’est pour non seulement le non-paiement des redevances et le renouvellement de la licence.

Au total, 47 radios et télés privées sont sommes de payer plus de six milliards de francs guinéens. Ce montant est la facture cumulée des arriérés qui remontent depuis 2009, donc bien avant Dadis Camara. Ce dernier avait exempté les radios du paiement de ces redevances mais c’était une promesse verbale.

Les radios commerciales doivent payer vingt millions par an et les radios communautaires dix millions par an. Aujourd’hui, certaines radios doivent payer des arriérés : 300 millions pour les uns, 200 millions pour d’autres, 180 millions pour d’autres encore.

Or, depuis ce matin, les techniciens de l’ARPT, escortés par les gendarmes, passent dans les radios pour les fermer. Au total, seulement deux radios seraient en règle : CIS Médias et le Groupe Chérie radio et télé.

Aux dernières nouvelles, nos confrères d’Espace FM, qui sont avancés dans la régularisation de leur situation, pourraient échapper aux griffes de l’ARPT.