La ministre de l’Economie: «le poids du passé nous empoisonne énormément et empoisonne aussi notre secteur privé»

1

En marge de la deuxième édition du forum international sur les Finances Publiques la ministre de l’Economie et des Finances, Maladho Kaba a tenu à mettre un accent sur le poids de la dette intérieure sur l’économie mais surtout le secteur privé.

Selon la ministre de l’Economie, le gouvernement a accompli de grands pas à travers l’organisation des audits, une action qui permettra de commencer à désintéresser ses créanciers.

«…Le poids du passé nous empoisonne énormément et empoisonne aussi notre secteur privé… La Guinée est un pays qui a un besoin important d’investissements. Car, la première richesse qui est la mobilisation des ressources intérieures n’est pas suffisante. Donc au-delà, il faut s’endetter. Il faut financer des investissements productifs pour permettre de faire croître le gâteau et qui, à son tour, permettra de rembourser demain cette dette pour ne pas hypothéquer l’avenir des générations futures », a-t-elle indiqué.

 Parlant de la coopération multilatérale, la ministre de l’Economie a martelé que la Guinée a procédé à une prise de conscience économique et financière face aux conditions d’accompagnement des institutions de Bretton-Wood. «La Guinée a aussi montré qu’elle ne suivait pas le FMI et la Banque Mondiale, l’accord que nous avons conclu récemment avec les services du FMI le prouve à qui mieux-mieux. Nous avons exigé un programme taillé sur mesure pour la Guinée et c’est ce que nous avons obtenu», a confié la ministre de l’Economie et des Finances qui estime qu’il est possible d’exiger que les appuis dont nous bénéficions soient les plus adaptés possibles à nos besoins pour pouvoir atteindre nos objectifs économique et social .