Kindia : Les acteurs de la santé échangent sur la mise à jour et la standardisation des outils de collecte des données

0

Après les formations en cascade et la mise en circulation du guide de la surveillance intégrée de la maladie et réponse (SIMR) entre mars et juin 2016, et malgré l’élaboration d’un guide simplifie SIMR en fin 2016, force est de constater une insuffisance dans l’implémentation des principes de la SIMR par le personnel clé de la surveillance tant au niveau périphérique qu’au niveau central du système sanitaire. Une raison majeure de ce constat est le fait que les documents de la SIMR sont volumineux et donc difficile à consulter pour une référence rapide face aux cas de maladies à potentiel épidémique.

En plus, plusieurs directives contenues dans le guide sont d’ordre général et n’adressent pas les spécificités du contexte épidémiologique et système sanitaire de la guinée. Ainsi, « US Centers for Disease Control and Prévention (CDC) » à travers son partenaire Research Triangle Institute (RTI International) se Pr opose de financer un projet sur le développement, la validation, la production en masse et la distribution d’aide-mémoire pour le personnel clé du système de surveillance guinéen.

Ces aides mémoires viseront les agents clés du système de surveillance à tous les niveaux de la pyramide sanitaire (centre de santé, direction préfectorale de santé, direction régionale de santé et niveau central). Ils donneront les directives claires et concises et présenteront les procédures pratiques et la conduite à tenir pour la surveillance et le laboratoire face aux maladies prioritaires que sont la méningite, la rougeole et la fièvre jaune. Pour rappel, le ministère de la santé à travers l’agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS) a organisé un atelier le 23 août 2017 pour une concertation préliminaire entre les hauts responsables et techniciens du niveau central du ministère de la santé et les partenaires clés de la surveillance et du laboratoire sur les mérites et le plan d’implémentation. Un atelier qui a permis de proposer des groupes techniques et un plan de travail pour une période d’une année pour la mise en œuvre effective de ce projet ; c’est dans le cadre du suivi des recommandations dudit atelier que cet autre est proposé.

Ce lundi donc 29 janvier 2018, l’ouverture des travaux de l’atelier de mise à jour et standardisation des outils de collecte des données de surveillance épidémiologique a eu lieu dans la salle polyvalente de l’école normale des instituteurs de Kindia. Cette rencontre de 3 jours, vise à faire des recommandations de l’atelier de concertation pour la création d’aide-mémoire pour le personnel clé du système de surveillance.

« Cet atelier est tellement important que son importance est déjà campée dans son titre, cela signifie en amont certes il y a eu des insuffisances qui ont été constatées qu’il fallait corriger », explique Docteur Fakourou Dansoko, directeur régionale de la santé de Kindia qui a présidé la cérémonie d’ouverture.

La révision et l’harmonisation des outils de collecte des informations sur la surveillance des maladies à potentiel épidémique en Guinée est l’objectif de cette rencontre. C’est une initiative du RTI avec un appui financier du CDC Atlanta. Il s’inscrit dans le cadre du projet sécurité sanitaire mondiale. Un projet qui a débuté en 2015 et qui va se poursuivre jusqu’en fin 2019.

A en croire les organisateurs, toutes les activités inscrites dans ce programme permettront le relèvement du niveau du système de santé, particulièrement du système de surveillance épidémiologique de la Guinée.

« Le système, il est dynamique ce qui est d’actualité aujourd’hui, ne l’est pas demain. C’est la complémentarité, il y a des expertises que le ministre dispose et que les partenaires ne disposent pas, il y a des expertises que les partenaires disposent et que le ministre ne dispose pas ; donc cette complémentarité s’impose à ce qu’on conjugue des efforts ensemble pour faire face aux situations mondiales, la maladie n’a pas de frontière », martel Docteur Boubacar Ibrahima Diallo, directeur projet Epi-Detecte RTI international.

« Il est question bien sûr de passer à la révision et la mise à jour de ces fiches et définir les instructions et comment remplir, parce que souvent nous avons les outils sur le terrain, et le personnel qui est censé le remplir ne connait pas exactement comment le faire », affirme Docteur Samuel, directeur adjoint chargé des programmes CDC Guinée.

Une trentaine de cadres impliqués dans la surveillance des maladies épidémiologiques en Guinée prennent part à cette rencontre, ce pour diversifier la complémentarité au niveau du traitement de l’information. Docteur Mohamed Salif Sylla, responsable surveillance des maladies évitables par la vaccination au PEV, précise : « On va prendre connaissance de tous les outils existants sur le terrain par rapport à la surveillance. On va apporter les insuffisances dans l’utilisation de ces fiches et nous allons également nous entendre sur un outil unique et facile à remplir. »

L’identification des outils de collecte nécessaires pour une surveillance adéquate des maladies et évènement prioritaires en Guinée, présenter l’ensemble des outils de collecte des données pour les maladies et évènements prioritaires disponibles sur le terrain, réviser, mettre à jour, adapter au contexte guinéen et standardiser les outils et aide-mémoire sont entre autres les objectifs spécifiques de cet atelier.