Kérouané: ce geste de Damaro qui sauve de la plus vieille école primaire de la ville qui tombait en ruines

0

Le député Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire RPG Arc-en-ciel à l’Assemblée Nationale, vient de faire un geste pour la vieille école primaire Koya Amara Camara. Il a décidé de rénover  le vieux bâtiment qui abrite l’école.  Sur fonds propre, le député du RPG Arc-en-ciel a volé au secours  de l’établissement  où il a fait ses premiers pas en tant qu’écolier.

Créée en 1952, l’école primaire Koya Amara CAMARA, l’un des plus vieux établissements scolaires de Kéreouané a rarement bénéficié d’une couche de peinture. Abandonnée depuis des années, cette école était dans un état piteux. La toiture prête à s’écrouler, les portes et les fenêtres inexistantes, les latrines non appropriées… Bref, une école complètement foutue qui, au lieu d’attirer les enfants, les fait fuir… C’est ce  bâtiment construit depuis la période coloniale que Damaro et un autre fils du terroir, le colonel Youssouf Traoré, Inspecteur Régional des Douanes de Kindia ont accepté de réhabiliter. Le bâtiment, selon l’ingénieur des travaux, reprendra son architecture initiale.

 De quoi réjouir le directeur de  l’école Koya Amara Camara qui se dit satisfait de ce  geste symbolique du député et  de l’inspecteur Youssouf Traoré.

«Depuis le début de la rentrée des classes 2017-2018, vue l’état de  vétusté des bâtiments, nous avon décidé d’adresser des correspondances aux fils ressortissants de la localité, particulièrement ceux qui sont passés par cette école.  Nous les avons sollicités pour la réhabilitation de l’école qui partait en ruine. Parmi eux, seulement deux ont répondu.  Amadou Damaro Camara et le Colonel Youssouf Traoré. »

Malgré le geste de ces deux dignes fils, le directeur de l’école souhaiterait aussi l’implication des autorités du département de l’Education Nationale et les bonnes volontés pour  la construction  des trois autres bâtiments qui sont dans un état critique et pourquoi pas la rénovation totale de cette école ?

Il faut aussi noter que  malgré sa proximité avec la DPE (Direction Préfectorale de l’Éducation), la cour de l’école sert souvent de dépotoir pour certains passants et autres commerçants installés aux alentours.  Un autre constat amer. Sous le regard impuissant des autorités éducatives, l’occupation anarchique de certains citoyens, qui a fait réduire la superficie de l’école Koya Amara CAMARA. Conséquence, il y a manque d’aire de jeux pour les enfants.

Retenons enfin que le geste de Damaro soulage aujourd’hui  les parents d’élèves et les encadreurs de l’école bénéficiaire. Mais le problème d’infrastructures scolaires reste entier à Kérouané.