Kankan : les rapports du PEDN confisqués par ses superviseurs qui réclament leurs primes

0

Au lendemain des élections communales du 04 février en Guinée, l’heure est au décompte des votes, mais aussi au paiement des primes des superviseurs et autres délégués des partis politiques.

S’agissant du paiement des primes, des délégués et superviseurs du Parti de l’Espoir pour le Développement National (PEDN) de Kankan, sont en colère contre leurs responsables locaux au siège dudit parti, au quartier Météo ce lundi 05 février. A l’origine de ce mécontentement, le non-paiement des primes comme il a été initialement promis aux délégués. Au lieu de 100 mille francs guinéens, ces superviseurs n’auront finalement que 30 000 francs guinéens.

Pour les jeunes frondeurs, après un dur labeur ayant débuté à  6 heures du matin pour s’achever à 22 heures pour certains et au petit matin pour d’autres, il est hors de question d’accepter une prime de 30 000 Francs Guinéens. C’est en tout cas ce qu’ont laissé entendre Karamo Traoré, Mamoudou Keita et Ibrahima Bayo tous des délégués du PEDN.

«Nous avons tous prêté serment sur le coran pour représenter le PEDN dans les différents bureaux de vote ce dimanche. Nous avons presque tous travaillé hier dans les bureaux de vote du matin jusque tard dans la nuit. Nous avons accepté de nous sacrifier pour notre leader à travers le parti. Malgré toute cette dure épreuve, les responsables locaux du PEDN veulent nous maltraités. Au lieu de 100 000 GNF comme chez les autres délégués des autres formations politiques, on nous propose 30 000 GNF, ce qui n’est pas acceptable », a déclaré  Ibrahima Bayo.

Plus tranchants, Mamoudou Kéita et Karamo Traoré restent catégoriques. «Nous réclamons nos 100 000 francs de primes par délégué et superviseur sinon nous n’allons pas déposer nos rapports.»  Pour eux, les responsables fédéraux du PEDN à Kankan sont loin d’incarner le sérieux et l’intégrité du leader du parti, Lansana Kouyaté.»

Toute nos tentatives de joindre les deux responsables fédéraux du parti à Kankan, Alpha Nongo Camara et Vieux Doumbouya sont restées vaines.

A part ce mouvement d’humeur exprimé par ces délégués et superviseurs, aucune forme de débordement n’est signalée dans l’enceinte du siège du PEDN, sis au quartier Météo.

Aux dernières nouvelles, chaque délégué aurait reçu finalement la somme de 50 000 Francs Guinéens.