Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Journée mondiale de l’environnement 2021: L’UICN déjà sur le terrain à Labè.

Intervenant dans la région ouest-Africaine depuis plus de 30 ans, l’UICN (union internationale pour la conservation de la nature), continue d’agir pour une meilleure protection et conservation des écosystèmes qui sont de plus en plus menacés par les actions de l’homme et des facteurs naturels. C’est dans cette optique et dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de l’environnement prévue le 05 juin prochain, que cette organisation et ses partenaires dont l’Office Guinéen des Parcs et Réserves, ont posé leurs valises dans la région administrative de Labé pour une série d’activités démarrée ce mardi 01 juin 2021. Pour ce faire, une rencontre a été initiée avec la participation des acteurs impliqués dans la restauration et la protection de l’environnement et en particulier du site Ramsar, Gambie – Oundou – Liti et Tinkisso source, a constaté sur place Guinéenews.

D’entrée de jeu, c’est madame Mama Adama KEITA, Membre de la Commission de l’Education et de la Communication de l’UICNet facilitatrice qui a introduit les activites « Au nom de la représentation de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature en Guinée, je vous souhaite la bienvenue et vous remercie infiniment de votre disponibilité pour une cause aussi noble que la préservation et la protection de notre environnement. Un environnement qui nous abrite quelle que soit notre position ; d’où l’importance de votre présence ici aujourd’hui dans cette salle. Nous commençons les activités de cette semaine dans la perspective d’aller vers la célébration de la journée mondiale de l’environnement. Une journée qui doit être célébrée le samedi 05 juin 2021 sur le thème : « Restauration des écosystèmes ». Au sein de l’UICN-PACO, un accent particulier est mis sur l’engagement des femmes et des jeunes dans la restauration des écosystèmes. Vous le savez sûrement, l’UICN fait partie des organisations les plus anciennes, engagée dans la préservation de l’environnement » a-t-elle rappelé.

A son tour, Sagno Richard, le représentant local de l’institution en Guinée et également responsable du projet partenariat régional sur l’eau et environnement en Afrique de l’Ouest a placé l’événement dans son contexte général: « je me réjouis de la forte mobilisation à cette cérémonie de lancement des actions de restauration et de protection des écosystèmes des sites Ramsar de Gambie-Oundou-Liti et Tinkisso source. Au moment où la communauté internationale se mobilise pour célébrer le 05 juin la journée mondiale de l’environnement 2021, les Nations Unies voudraient lancer à cette occasion la décade 2021 – 2030 de la restauration des écosystèmes. Ainsi, à travers une initiative engagée au sein de son programme régional pour l’Afrique centrale et occidentale UICN Paco sur le thème engagement des jeunes et des femmes dans la restauration des écosystèmes, l’UICN entend contribuer à ces événements à travers des actions de terrain et médiatique de ces projets », précise-t-il.

Sur la même lancée, Sagno Richard, Chef de projet PREE a souligné que les défis mondiaux, nationaux et locaux de conservation de la nature nous interpellent chacun à l’échelle appropriée, qu’il s’agisse des gouvernements aux entreprises ou des citoyens, à faire sa part pour guérir notre planète en difficultés auxquelles en dépend notre survie. Cela inclut les nombreuses petites actions que chacun peut entreprendre. Chaque jour : faire pousser des arbres, verdir nos villes, réaménager nos jardins ou nettoyer les déchets le long des rivières et des côtes.

Il a enfin tenu à saluer l’accompagnement du bailleur qui ne ménage aucun effort pour la réussite de ce projet : « je voudrais saisir cette occasion pour rendre un vibrant hommage à l’Agence Suédoise de Développement International pour son appui financier à l’UCN et aux institutions nationale et régionale, dans la gouvernance de l’environnement et des ressources en eau », ajoute le représentant de l’UICN.

La position et la détermination de l’Etat a été réitérée par Saiba Keita, Le Directeur général de l’office Guinéen des parcs et réserves à souhaité : «au nom du ministre d’Etat, ministre de l’environnement et des eaux et forêt ainsi et à [son] nom propre de vous souhaiter la bienvenue et un agréable séjour dans le paysage du Fouta Djallon. »

En adressant par la suite ses sincères remerciements à l’UICN à travers le projet PREE, il a rappelé que la restauration des écosystèmes des zones humides s’inscrit parmi les priorités de la stratégie environnementale de notre pays afin de contribuer à l’effort de la communauté internationale dans la conservation de la nature. Malgré le rôle que joue le massif du Fouta Djallon dans l’équilibre de plusieurs bassins hydrographiques, les écosystèmes restent fortement menacés par les actions des hommes et du climat et nous en avons donc la responsabilité morale d’assurer sa protection et sa restauration, a ajouté Saiba Keita, le directeur général de l’Office Guinéen des parcs et réserves.

En sa qualité de président de séance, EL Hadj Madifing Diané a donné le coup d’envoi de la célébration de la journée mondiale de la restauration des écosystèmes tout en souhaitant d’abord la cordiale bienvenue aux invités : « je voudrais réitérer notre gratitude à l’union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à travers le projet partenariat régional sur l’eau et l’environnement en Afrique Occidentale et centrale pour le choix porté sur la région de Labé en vue de la célébration de la journée mondiale de l’environnement 2021 et le lancement des actions de restauration des écosystème du site Ramsar, Oundou Liti et Tinkisso source », entame le gouverneur.

Et de poursuivre : « la grande diversité des écosystèmes de la Guinée et du massif du Foutah Djallon en particulier fournit des services importants aux communautés humaines notamment celles de la sous-région ouest-africaines. Cependant, la surexploitation combinée aux actions naturelles accélère fortement la dégradation des écosystèmes en particulier ; les sites Ramsar, les forêts galeries et les têtes de source. Des facteurs telles que les pratiques traditionnelles agricoles et les méthodes non durables d’utilisation des terres ; les activités minières, la coupe abusive du bois, les feux de brousse, les changements climatiques, … interagissent pour accélérer la dégradation des eaux, des terres et de l’environnement », ajoute Madifing Diané.

Il faut signaler que les activités initiées s’étendront jusqu’au samedi 05 juin prochain, date à laquelle sera célébrée la journée mondiale de l’environnement 2021 sur le thème « restauration des écosystèmes ».

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...