Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Insolite: un non-voyant fait 7 hectares d’anacardes à Keoulonta dans Lola, sans aucune aide

Un non  voyant  du nom d’Abdoulaye Doré  vient de réaliser  un miracle,  en  réalisant une plantation de 7 hectares d’anacardes  dans le village  de Kéouléonta, situé à trois kilomètres de  la commune rurale de N’Zoo  dans la préfecture de Lola,  sans aide de personne,  il vient  de réaliser  une plantation  de 7  hectares dont les premiers plants  seront bientôt en maturité, a-t-on constaté sur place.

Interrogé par la rédaction locale de Guinéenews, Abdoulaye Doré affirme à notre micro  qu’il était chauffeur  avec la société pétrolière  Elf, puis Sonit pêche. Il transportait du poisson à Bamako, en Sierra Léone  et à N’Zérékoré.

« Après, j’ai eu un contrat au Liberia avec la société  et en 2012,  j’ai eu  des problèmes de vision, j’ai tout fait  mais je n’ai pas  eu la solution ainsi je suis rentré à Lola ma ville natale. Quand je suis venu, j’ai été  au centre ophtalmologique de Macenta.   Ils ont dit là-bas que c’est un problème de tension oculaire  dont le traitement  est long. Après tous ses essais,  je me suis retourné  pour venir m’asseoir  pour attendre Dieu  et  je  me suis demandé  qu’est-ce qu’il faut faire  maintenant  je ne peux plus conduire », dit-il.

Puis de poursuivre: « Alors   je me suis lancé dans le commerce,  j’ai été à Abidjan  voir une grande sœur,  demander de l’aide,  parce que mes enfants sont trop petits d’abord et j’ai dit je veux importer les aliments de volailles en Guinée. Cela  n’a pas marché, parce que les gens  prenaient mais ils ne payaient pas la  dette, c’est pourquoi j’ai laissé ça. Comme la grande sœur envoyait  les semences  de palmiers,  elle m’a demandé  est-ce que tu peux faire quelque chose dans l’agriculture.  Et directement  j’ai dit oui.  J’ai demandé 10 hectares à mon oncle maternel  à  Keoulonta. Après  deux  jours,  ils ont donné les 10 hectares à condition qu’après chaque récolte  d’anacardes,  je paye  500 milles francs guinéens. J’ai commencé à planter  en 2018, les premiers  ont été brûlés par le feu  et j’ai  pris le courage  de planter encore.  Aujourd’hui j’ai sept hectares  et cette année  le feu n’a pas touché ma plantation », a-t-il narré.

Notre interlocuteur dit ne vivre plus que pour l’agriculture

« Malgré  mon état d’aveugle,  je sais travailler parce que j’ai appris avec mon grand père qui était le plus grand  planteur de Lola  l’expérience que j’ai eue avec lui, ça  est dans ma tête, c’est ça que je mets en pratique. Je n’ai pas eu de l’aide de la part de qui que ce soit  malgré que je sois aveugle, c’est moi seul qui ai commencé,  sans aide  avec mes propres  moyens et techniques. Quand je veux aller au champ mon premier enfant qui a 14 ans et ma femme ce sont  eux qui m’accompagnent  et ils retiennent  tout ce que je fais  et ils commencent  bien   le champ.

Mon état  de non voyant   m’encourage  surtout quand j’apprends  à la télévision que le président s’est lancé dans l’agriculture  moi je me suis lancé aussi. Je veux être un exemple pour les non voyants  et je demande aux non voyants de ne pas voir  leurs handicaps comme un frein à la vie. Si Dieu te ferme une porte, il t’ouvre une autre.

Je demande  aux personnes handicapées  de  cesser de mendier dans la rue  tout le monde peut travailler. Si tu ne vois pas,  ne dit pas  que tu es mort,  tu peux travailler  et apporter quelque chose à l’humanité. Je demande aux personnes  de bonne volonté  de venir en aide  pour  étendre  ma plantation et  je demande au gouvernement  de venir en aide  pour que je puisse aller plus loin ».

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...