Insalubrité : l’acte de Halimatou Dalein Diallo pour les citoyens de Carrière Cité

1

La ville de Conakry est de nos jours inondée d’ordures de toute sorte. Les caniveaux étant bouchés par ces immondices, les eaux de ruissèlement se donnent rendez-vous sur la chaussée. Au-delà de ce fait, les citoyens jettent les ordures aux abords des routes et des rails. C’est le cas notamment du quartier Carrière Cité, dans la commune de Matam.

Deux montagnes d’ordures se trouvant sur les rails de Rusal/CBK submergent le quartier. Sur les lieux, l’odeur est irrespirable. Pire, les insectes ont élu domicile dans la mosquée d’à côté. Ce qui fait que les fidèles musulmans quittent le lieu dès que le salut final de la prière est prononcé.

Sur la demande du conseil des sages de la mosquée, l’épouse du chef de fille de l’opposition guinéenne, Hadja Halimatou Dalein Diallo, a dépêché sur les lieux, ce dimanche 18 juin 2017, une équipe munie de camions-benne pour ramasser ces montagnes d’immondices.

Quand le travail a commencé, le chef de quartier est venu sur le site. Selon des témoins, il aurait appelé à la mairie pour des camions soient envoyés afin d’appuyer l’équipe de Hadja Halimatou. Cela a choqué les citoyens qui accusent le chef de quartier de n’avoir pas accès à leur demande depuis très longtemps. « Ces ordures sont là depuis des années. On a tout fait pour qu’on nous les ramasse, mais en vain. Aujourd’hui, puisqu’il a vu des gens à l’œuvre, le chef du quartier veut s’y mêler alors qu’il n’avait rien fait tout ce temps », explique une dame très en colère.

Le chef du quartier, Amadou Saara Bah, et les jeunes ont failli en venir aux mains. Mais heureusement que certains du quartier ont pu convaincre le chef du quartier de quitter les lieux.

« Moi aussi je prie dans cette mosquée. Quand je vois les insectes entrer dans cette mosquée, ça ne me fait pas plaisir. C’est un problème qui concerne tous. Si j’avais les moyens de débarrasser ce quartier de ces ordures je le ferais. Maintenant, si celui qui a des moyens vient pour ramasser ces ordures, je ne peux qu’approuver. Ici, les autorités leur donnent leur accord », souligne Amadou Saara, avant de revenir sur l’altercation qu’il a eue avec les jeunes : « Dès que je suis venu ils ont commencé à crier en disant qu’ils ne veulent pas me voir ici, que c’est Alpha Condé qui a amené les ordures là ici. Je leur ai dit que ce n’est pas vrai, mais c’est plutôt nous les citoyens de ce quartier qui avons mis ces ordures là ici. »

Pour ramasser les ordures au niveau, la commune et le gouverneur ont été sollicités par le chef du quartier : « J’ai appelé le secrétaire général de la commune qui m’a dit que c’est le gouvernorat de la ville de Conakry qui s’occupe de ça. Quand on a appelé au gouvernorat, il y a un mois, ils nous ont dit que le camion n’était pas en bon état et qu’ils sont en train de le réparer.»

A-t-il demandé de l’envoi des camions quand il est arrivé Amadou Saara nie être venu pour ça, mais : « Le secrétaire général m’a dit que si toutefois il y a besoin, de les informer. C’est ce qu’ils m’ont dit. Mais s’ils avaient accepté que le camion vienne, c’était pour les aider, mais il y a eu des gens qui ont dit de ne pas envoyer de camion. »

Alpha Baldé, habitant du quartier se dit opposé à l’idée qu’une autorisation doit être faite à celui qui est venu leur ramasser les ordures : « On a fait des marches ici pour que les autorités locales viennent nous ramasser ces ordures. Tous les jours le chef de quartier nous dit que le lendemain les gens viendraient les ramasser. Maintenant si quelqu’un est venu nous ramasser ça cela nécessite aussi une autorisation ? Ce qui m’a énervé c’est le fait de dire qu’il faut amener l’autorité alors quelqu’un est venu nous aider. Mais l’autorité n’a rien à avoir dans ça. C’est pour cela qu’on demande de mettre la mairie et les chefs de quartier. Si vous voyez qu’il y a la pagaille dans ce pays là c’est parce qu’il n’y a pas de mairies, pas de chefs de quartiers. Sinon, l’Etat doit s’occuper des grands projets de développement, mais pour ramasser les ordures, le quartier et la mairie doivent s’en occuper. »

Pour finir avec ce problème d’ordures, Alpha Baldé estime qu’il faut désormais « prendre des précautions pour qu’on ne jette plus les ordures ici. »

Selon l’imam de la mosquée, Thierno Alhassane Diallo, le train minéralier de Rusal/CBK posé aussi un problème plus dangereux que celui des ordures : «Les ordures nous ont presque tués. Il était difficile de prier dans ces ordures, ces mouches etc. avec cette odeur nauséabonde. Mais le plus grand problème c’est OBK, (le train minéralier de la compagnie Rusal/CBK, ndlr). Quand il passe, il tombe en panne ici. Il peut rester ici de 20 mn à 1 heure, bloquant ainsi le passage. Ensuite, s’il y a un déraillement du train ici, les morts sont incalculables. »

Pour encourager les jeunes, Hadja Halimatou Dalein Diallo et certaines épouses des leaders de l’opposition, sont venus sur le terrain.

  • CONDÉ ABOU

    L’adage dit: aide-toi, le ciel t’aidera. Avant d’en appeler à Dieu, il faut savoir fournir les efforts nécessaires. Autrement dit, avant de se plaindre, il faut examiner et tenter toutes les solutions possibles. Une fois les efforts accomplis, on peut alors s’en remettre à la Providence.

    Ce qui se passe aujourd’hui dans ce pays, dépasse les limites de l’entendement humain. Comment peut-on comprendre, qu’il soit quasiment impossible de prier dans une Mosquée à cause des moustiques ?

    Même si la Mosquée n’était pas du tout éloignée des ordures déversées çà et là, il suffit d’une cotisation des habitants du quartier pour l’épandage d’insecticide de large spectre, afin de tuer une bonne partie des moustiques, y compris dans les eaux stagnantes, et rester tranquille au moins pendant 2 à 3 jours. C’est un investissement qui appelle l’engagement de tous les habitants pour assurer leur propre survie dans la dignité et la bonne santé.

    Ensuite, il y a le respect des règles élémentaires d’hygiène par les habitants et surtout par les enfants, les Jeunes et les Femmes en première ligne.

    Et puis, une simple mobilisation des habitants du quartier pour choisir ne serait-ce que deux week-ends dans le mois, pour débarrasser le quartier des tas d’immondices qui jonchent tous les coins de rue. À ce niveau, personne n’a encore besoin de camion benne pour éviter le pire et rester dans les normes d’hygiène.

    Quelles que soient les obédiences politiques des uns et des autres, tous les militants des Partis politiques devraient conjuguer le même verbe au moins pour lutter contre l’insalubrité et les immondices qui ne peuvent pas cohabiter avec les êtres humains dans le même environnement.

    Quand le quartier sera tenu dans la propreté, et qu’il ne restera plus qu’à trouver des camions de collecte et de ramassage des ordures dans le quartier, tous les habitants devraient se réunir pour identifier des moyens de financement par la location de camions benne, ou toute autre solution idoine.

    Les politiques publiques d’assainissement de la Ville de Conakry ont de toutes les façons, échouées depuis plus de 10 ans et il est inutile d’espérer un quelconque progrès dans les mois et semaines à venir, pour la simple raison que l’Etat a démissionné complètement même dans la Ville-capitale de Conakry, aussi bien en termes de sécurité des personnes et des biens, qu’en termes d’hygiène publique.

    C’est ce que tous les grands Partis politiques sur place et leurs représentants devraient expliquer aux populations dans les quartiers, pour qu’elles se prennent en charge, parce que le pire est toujours à venir. Il n’est jamais loin d’elles en matière de santé publique et de bien être environmental.

    Les jeunes et les femmes devraient oublier toute affiliation politique pour sauver leur propre quartier et pour y vivre heureux. Un mal commun est un mal qui détruit au delà des appartenances politiques, et c’est ce qui devrait cimenter la citoyenneté dans le quartier.

    Quant à Hadja Halimatou Dalen Diallo, que Dieu le Très Haut, lui rende au centuple son engagement constant auprès des communautés dans les quartiers sans considération aucune des affiliations politiques. Dieu vous bénisse Madame Diallo, et vous accorde sa bénédiction en ce mois Saint de Ramadan.

    Personne au monde ne respectera un pays qui s’installe dans autant de misère et de désastre en matière d’assainissement et de propreté du cadre de vie ordinaire de ses citoyens.

    Sans une mobilisation citoyenne avec les Jeunes et les Femmes, ce pays restera la risée de tout le continent Africain. Vous ne pouvez imaginer l’état de propreté des Villes comme Kigali au Rwanda, Addis Abeba en Ethiopie, Praia au Cap Vert, Accra au Ghana, Rabat, Casablanca, Marrakech au Maroc et Nairobi au Kenya. Toute personne qui y passe, est obligée de saluer le leadership des gestionnaires de ces Villes et de leurs Communes.

    Il n’existe aucune fatalité devant ce désastre à Conakry, l’ancienne perle de l’Afrique de l’Ouest. Un désastre qui ne peut pas du tout rendre les habitants heureux sur terre. C’est un environment malsain qui rend l’homme méchant, malade, et cruel.

    C’est la citoyenneté d’abord qui est en cause, et ensuite la démission totale de l’Etat devant ses obligations et ses responsabilités.

    Voilà nos problèmes et qui nous humilient devant tous les voyageurs qui arrivent dans ce pays.

    Jeunes et Femmes de Guinée, Société civile et militants des Partis politiques, vous ne méritez pas du tout cette descente aux enfers de l’insalubrité dans les quartiers où tous vivent ensemble, au delà des couleurs politiques inutiles, et des considérations religieuses. C’est l’avenir de la Guinée plurielle qui est aujourd’hui en danger.

    Merci Guineenews pour ce papier si touchant et si emouvant pour cette ville de Conakry et pour les habitants de ce quartier de La Carriere.