Guinée : Une fillette de 14 ans violée, à KM36

0

Les faits se sont déroulés le 5 décembre dernier, quand Mlle S., 14 ans, apprentie couturière, cherchait à repasser les habits de sa maîtresse. Selon Mme Djenab Samoura, tante de la victime, elle devait prendre les habits au domicile de sa maîtresse pour les repasser à l’atelier. « Le domicile de la maîtresse et l’atelier ne sont pas distants l’un de l’autre. C’est quand la fille ramassait les habits que le jeune est venu se jeter sur lui et l’a violer…», raconte-t-elle.

La fille a été envoyée d’urgence à l’hôpital et se porte aujourd’hui mieux. Quant à son présumé violeur, il continue à faire l’objet de colère de la famille Samoura. Lansinet Diawara, c’est son nom, a été libéré à la CMIS (Compagnie Mobile d’Intervention et de Sécurité) de Kagbélen où il faisait déjà l’objet d’une précédente plainte pour viol. L’ONG Protégeons les Droits Humains qui assiste la famille dans sa plainte contre le présumé violeur, soupçonne le commandant Idrissa du CMIS de Kagbélen de libérer Diawara. « Quand nous étions partis à la CMIS, nous avons effectivement trouvé Lansinet Diawara en garde à vue. C’était dimanche, nous avons donc demandé au commandant de le garder jusqu’au lendemain…Mais quand nous y sommes retournés, nous avons trouvé qu’il a été libéré », nous a expliqués Diallo Ibrahima de l’ONG Protégeons les Droits Humains. Diallo signale que ce dimanche, un oncle de Lansinet Diawara, un officier de l’armée, était à la CMIS pour la libération de son neveu.

Contacté au téléphone par Guinéenews©, le commandant Idrissa a indiqué qu’il ne lui revient pas de décider de la libération de quelqu’un en garde à vue. « Je suis commandé et j’agis selon les commandements que je reçois », a-t-il dit commentant la libération du violeur présumé Lansinet Diawara.

Quoi qu’il en soit, la famille Samoura a porté plainte à l’OPROGEM (Office de protection genre, enfance et moeurs) contre le commandant de la CMIS de Kagbélen qu’il accuse de libérer Lansinet Diawara.