Guinée : Pour célébrer Tierno Monénembo

1

« Parole-Plume-papier » et son comité scientifique international du forum des médias et du dialogue interculturel tiennent à féliciter chaleureusement notre compatriote l’écrivain Tierno Monénembo qui vient de recevoir le prestigieux Grand Prix de la Francophonie décerné par l’académie française le 22 juin 2017.

Si ce prix récompense avant tout sa langue magnifique – cette langue inventive si personnelle faite de légèreté et de gravité parce que nourrie du cousinage à plaisanterie et qui se déploie depuis près de 40 ans dans onze romans et une pièce de théâtre – c’est surtout l’ensemble de son œuvre qui est salué. De « Crapauds-brousse » en 1979 à « Bled » en 2016, toujours aux éditions du Seuil, son style qui n’est ni tout à fait le même ni tout à fait un autre suit à travers ses personnages les méandres d’une mémoire morcelée qu’éclaire à peine le soleil noir de la grande Histoire toujours réinventée mais jamais trahie.

Tout à la fois tragique et absurde voici une œuvre qui a trouvé son public à travers le monde et en Guinée. Plus que son talent, son génie a été reconnu plusieurs fois, notamment par l’adaptation cinématographique du « Terroriste noir », publié en 2012, et qui vient de sortir sur les écrans sous le titre « Nos patriotes », grâce à la réalisation de Gabriel Le Bomin.

L’hommage rendu au natif de Porédaka, né en 1947 et qui a fait d’un exil subi en 1969 le viatique d’une parole toujours recommencée, rejaillit forcément sur sa patrie d’origine, la Guinée, qui doit le reconnaître comme un de ses meilleurs fils. Il a usé ses pieds et sa plume en parcourant le monde entier pour faire œuvre de création. Le voilà de retour au bercail depuis quatre ans maintenant pour vivre ce que vivent ses compatriotes, défendre les plus faibles sans prendre parti dans un jeu politique trouble, mais en dénonçant toujours l’hydre de la Françafrique. Depuis plus de trente (30) ans, nous l’avons souvent reçu dans notre émission littéraire pour rendre ses écrits accessibles au plus grand nombre.

Notre compatriote étant un patriote incontestable et portant haut l’étendard du pays et les couleurs de la grande littérature, nous lui rendrons un hommage spécial pendant les trois jours du forum à Conakry du 26 au 28 octobre 2017, par la contribution d’éminents professeurs, universitaires et journalistes littéraires africains et français qui le considèrent comme le plus grand écrivain francophone vivant.

A l’auteur incomparable et à l’homme humble, digne et décent, la patrie et ses lecteurs à jamais reconnaissants.

Le 25 juin 2017 pour « Parole-Plume-Papier », Mohamed Salif Keita.