Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Guinée : le FNDC projette deux manifestations dans les jours à venir

Dans une déclaration rendue publique ce lundi 8 août 2022, le FNDC à annoncé deux manifestations, respectivement les 14 et 17 aout en Belgique et sur toute l’étendue du territoire national guinéen. Ces deux manifestations sont les résultantes d’une panoplie de violations des droits de l’homme, de libertés publiques et des lois par le CNRD. Parmi les raisons figurent, « l’usage illégal d’armes létales dans la gestion des manifestations pacifiques du FNDC entraînant des morts et des blessés par  balles, la multiplication des expéditions punitives ciblées de militants pro-démocratie menées par l’armée à travers le Bataillon Autonome des Troupes Aéroportées (BATA) et le Groupement d’Intervention Rapide (GIR) associés aux unités du Groupement des Forces Spéciales (GFS) dans le but d’installer un climat de terreur, la mise en place au camp militaire Alpha Yaya Diallo d’un centre de torture et de traitements inhumains et dégradants destiné à faire subir physiquement et moralement aux citoyens et citoyennes pro-démocratie des exactions graves pour étouffer toutes velléités de contestation, etc« .
Face à ces nombreuses « irrégularités », le Front National pour la Défense de la Constitution (Fndc) dit craindre, « des risques perceptibles de l’échec de la transition ». A cet effet, le FNDC informe l’opinion nationale et internationale qu’il organisera une manifestation citoyenne et pacifique le dimanche 14 août 2022 à Bruxelles (Belgique) et le mercredi 17 août 2022 sur toute l’étendue du territoire national guinéen, conformément aux articles 20 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, 21 du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques, 11 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, 34 et 8 alinéa 2 de la Charte de la transition Guinéenne.
A l’issue de ces manifestations, le FNDC exige du CNRD, la satisfaction de sept points de revendication. Notamment, « l’ouverture d’un cadre de dialogue crédible entre le CNRD, les acteurs politiques et de la société civile, conformément à l’article 77 de la Charte de la transition avec la médiation de la CEDEAO; la fixation d’un délai raisonnable et consensuel de la durée de la transition au lieu des 36 mois imposés par le CNRD et qui ne reposent sur aucune base objective; le respect des droits et libertés fondamentaux au premier rang desquels le droit à la vie et l’annulation de la décision portant interdiction générale des manifestations pacifiques dans les rues et sur les places publiques; La libération sans condition de tous les détenus politiques liés aux manifestations; L’arrêt des harcèlements judiciaires et des poursuites fantaisistes contre les acteurs politiques et de la société civile, etc ».
Par ailleurs, le FNDC lance un appel à, « tous les citoyens pro-démocratie et épris de justice à la mobilisation générale pour exiger le retour rapide à l’ordre constitutionnel dans la paix et la quiétude sociale ».
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...