Guinée : La Cour des comptes présente son premier rapport d’activités

0

Rentrée en ordre de marche en 2016, la Cour des comptes en Guinée à présenté le rapport d’activités de sa première année d’exercice, à Conakry jeudi 11 janvier. Des copies de ce rapport ont déjà été remises au président de la République et au président de l’Assemblée. Au clair, il (le rapport) rend compte des résultats des activités de mise en place et d’opérationnalisation de la Cour durant sa première année. La première des quatre parties de ce rapport est consacrée aux attributions, aux compétences et à l’organisation de la Cour. La deuxième rapporte la mise en place, les attributions et les ressources (humaines, financières et matérielles) de la Cour, alors que la troisième partie rend compte des activités réalisées en 2016 et la quatrième formule les perspectives et recommandations.

Pour l’opérationnalisation de la Cour, le président Mohamed Diaré a indiqué qu’il fallait d’abord recruter le personnel. Il s’agit d’abord du personnel magistrat composé de 8 conseillers référendaires et de 10 auditeurs de justice. « Il fallait les former tout comme il fallait former les 13 conseillers qui ont été nommés en premier lieu…Il fallait apprendre à tout le monde qu’est-ce qu’il faut pour examiner le compte d’un comptable public, d’une entité publique ou d’une collectivité locale », a indiqué Mohamed Diaré.

En plus du personnel magistrat, la Cour des comptes a pu démarrer aussi grâce au personnel non magistrats composé de greffiers, d’assistants vérificateurs et du personnel d’appui.

Mise en opération, la Cour a eu à faire le point sur les comptes de 2011 à 2015. Si elle dit n’avoir pas rencontré de problèmes avec les comptables principaux, la Cour fustige le comportement de certains établissements publics administratifs qui ne déposent pas leurs comptes auprès d’elle. Mais le président de la Cour a indiqué que « même 10 ans après, les comptes de 2011 à 2015 pourront être jugés ».

L’une des dernières institutions républicaines à voir le jour en Guinée, la mise en place de la Cour des comptes a été perçue comme un renforcement de la démocratie dans le pays. En janvier 2013, le processus de sa mise en place avait commencé par l’adoption de la loi organique 046 du 18 janvier 2013 et s’est poursuivi par la nomination de 10 premiers conseillers, maîtres de la Cour en janvier 2016.

Il faut aussi rappeler que la Cour des comptes, qui succède à la Chambre des comptes de la Cour suprême, est prévue à l’article 116 de la constitution guinéenne adoptée en 2010. Celui-ci dispose que « la Cour des comptes est la juridiction de contrôle a posteriori des finances publiques. Elle dispose d’attributions juridictionnelles et consultatives…»