Guinée : Des chiffres inquiétants sur la vie sociale et économique

2

« La gestion des institutions en Guinée est au-dessous de la moyenne en Afrique subsaharienne »

Au compte de la seconde journée du forum international sur les finances publiques, Albert Zeufack chef économiste de la région Afrique à la Banque Mondiale, a dressé un diagnostic plutôt alarmant de la vie économique et sociale de la Guinée. Tel est le constat fait par Guinéenews© ce vendredi 10 novembre à Conakry.

Evaluant les performances de la Guinée au cas par cas, Albert Zeufack a exprimé son inquiétude par rapport à l’accès à l’éducation. Pour lui, les chiffres ne sont pas encourageants. « 46% des jeunes de 14 à 25 ans ne sont pas alphabétisés contre 70% en Afrique subsaharienne », selon des données datant des cinquante dernières années.

Et dans ce faible taux de scolarisation, il a indiqué que l’accès des femmes est extrêmement problématique.

Pour le secteur de la santé, il s’est appesanti sur les mortalités maternelles et infantiles. « 67 femmes sur 100.000 meurent en donnant naissance », affirmera-t-il.

« La productivité n’a pas augmenté car les instruments utilisés dans les champs sont rudimentaires », a-t-il précisé sur la faiblesse de l’agriculture en ajoutant que les subventions allouées à ce secteur, doivent être orientées pour la construction des routes pour acheminer les produits vers les villes.

C’est sur le système de gouvernance, qu’Albert Zeufack a conclu son intervention en ces termes : « La gestion des institutions en Guinée est au-dessous de la moyenne en Afrique subsaharienne ».