Guerre entre CANAL et ses plus grands abonnés : entre légitimité et moralité

05 décembre 2017 14:14:18
3

D’entrée de jeu, il faut reconnaître que la société de diffusion d’images TV CANAL+ est dans ses pleins droits de demander la rupture des contrats avec ses premiers et plus grands clients en Guinée. Mais aussi, moralement, il est difficile de trancher, sans avoir quelques scrupules sur la conscience.

Il faut partir des débuts, dans les années 90, pour se faire une idée exacte de la chose. En effet, dans ces débuts, il fallait être un nanti pour se permettre une parabole grande et grosse comme quoi, pour se payer les images. CANAL avait placé la barre au-dessus des moyens du Guinéen : près d’un million de francs pour se farcir les images précieuses. Ses abonnés se comptaient sur les doigts d’une main dans les quartiers les plus nantis.

Dans ces conditions, le marché d’images était restreint. Comme les Guinéens étaient friands de ces images, les premiers distributeurs avaient vu une opportunité de se faire de l’argent sur le dos de CANAL, qui n’y voyaient aucun inconvénient, d’autant que ces distributeurs de quartier rentabilisaient, tant soit peu, et CANAL s’en contentait. Puis vint la SODITEV, puis Star Time. Cela avait continué sans anicroches.

Il était clair que si CANAL avait baissé le tarif de ses décodeurs et de ses abonnements mensuels au niveau du pouvoir d’achat du Guinéen lambda, sans que ses décodeurs ne tombent intempestivement en panne, il raflait le marché et ne donnait aucune chance aux autres concurrents. Evidemment, pour avoir l’exclusivité  de la diffusion de certains matches et de certains combats de boxe, le prix à payer était élevé, mais CANAL avait les yeux gros. Ses cerveaux ne voyaient seulement que la cherté de ces exclusivités sportives, oubliant que beaucoup n’en ont pas trop affaire aux sports , et la différence des prix a ouvert la concurrence aux autres.

Les droits des retransmissions d’évènements sportifs, comme chacun sait, deviennent de plus en plus élevés. Les concurrences mis dessus, CANAL s’est vu lésé. Il s’est rendu compte que « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras », il a baissé en lésinant d’abord sur le prix des décodeurs, puis sur l’abonnement mensuel, mais est-ce encore suffisant pour que chaque foyer se permette de l’avoir ? Cette question reste posée sur le prix.

La direction de cette société, après maints avertissements depuis des lustres, veut mettre en application sa décision d’exclusivité. Seulement, les distributeurs des quartiers ont investi et emploient des dizaines  de sans emploi. Leur couper brutalement, alors que certains ont copieusement investi dans les achats de matériels, puisque certains de ces distributeurs fournissent jusqu’à 10 chaînes, ce qui nécessite autant de décodeurs qui vont leur rester dans les bras comme des ferrailles, cela mérite une petite empathie. La coupure des fils de transport des images par la gendarmerie est aussi  vu comme immorale, cependant légitime et légale. On dit cela parce que CANAL ne doit pas oublier ses débuts laborieux, et que ces distributeurs étaient ses premiers fidèles clients.

Il est préférable, pour la morale que CANAL consente un peu de sacrifice en baissant encore ses prix petit à petit  et fasse concurrence avec les distributeurs de quartiers, qui s’essouffleront à la longue. Cela vaudrait mieux que cette opération qui, il faut encore le souligner, est légitime, mais mettre brutalement  ses premiers amis au chômage, il y a quelque chose qui ne dit pas son nom. Une sorte de moratoire serait plus morale.

  • Hollandais Mab

    j’avoue ici que je suis un lecteur qui adore lire les analyses de Mr SIDIBE. mais la je l’impression que moralité prendrai dessus à la légalité. ces fameux grands abonnés (pour ne pas dire des pirates) savent qu’ils sont dans une inégalité, leurs investissements valent-ils mieux Ce que CANAL a investi ?

  • Alpha Oumar Telli Diallo

    Bravo pour cette leçon de morale et d’éthique Mr Sidibe !

    Et dire que vous êtes un des guides locaux (par vos articles souvent plaisants) du redressement du pays, il y a de quoi effrayer les plus optimistes, même si je comprend que vous êtes surtout frustré de ne plus voir vos matchs quasi-gratuits du weekend…

  • KMT

    Et surtout les investissements de ces distributeurs qui dépensent beaucoup en investissement, créent plus d’emploi et déclarent aux impôts et à la caisse de sécurité sociale tous leurs employés.