Gueckédou : Les slogans, les promesses et les menaces d’Alpha Condé

0

Arrivé ce mercredi 31 janvier 2018 dans la cité du Tchendenan Dembadouno aux environs de 16 h 30, Alpha Condé accompagné du ministre de commerce Marc Yombouno et du directeur national du Budget Richard Kamano, a été reçu par la jeunesse qui scandait les slogans « courant », « goudron » pour une préfecture qui suffoque toujours dans la poussière. Tel est le constat fait par la rédaction locale de Guinéenews© sur place.

Comme à l’accoutumée, à l’entame de son discours, il n’a pas mis de gans pour fustiger les anciens ministres qu’il accuse d’avoir pillé le pays.

Ensuite, il a invité la population de Gueckédou à s’intéresser à l’agriculture qui, selon lui, est un secteur porteur de croissance et créateur d’emplois, pas seulement produire mais de transformer.

Dans son allocution, il a déclaré : « Dans deux mois, nous allons construire l’usine de pomme de terre à Timbi Madina qui va transformer la pomme de terre en frites congelées et relancer l’usine de tomate à Mamou. »

Il a exhorté les jeunes de travailler à l’image des femmes. « Ce n’est pas en criant courant et goudron que vous allez développer la Guinée. Au lieu de chercher l’argent pour aller fumer, boire et se droguer, il faut travailler, se former et éviter de s’opposer les uns contre les autres », a affirmé le président Alpha Condé.

« On va vous aider à vous organiser en groupements d’intérêts économiques. Nous avons commandé des machines décortiqueuses que nous comptons mettre à votre disposition. Quant aux femmes, vous devez aussi vous organiser pour votre MIFA à Guéckédou ; si vous cotisez 700.000.000 GNF, je vous donne 700. 000.000 GNF. Mondieur le ministre, vous avez combien dans votre MIFA aujourd’hui ? »

Pas beaucoup, a répondu Marc Yombouno.

« Comment est-ce que les femmes de Siguiri, Kankan, Pita ont pu avoir 700.000.000 GNF et que les femmes de Guéckédou n’y arrivent pas  », s’est interrogé Alpha Condé.

« Les cadres de Gueckédou, du ministre au préfet n’ont pas fait leur travail, parce que les femmes ne sont pas informées de l’importance des MIFA. Je vous donne 3 mois si les femmes n’ont pas 700 000.000 GNF cotisés, vous perderez tous vos postes », a-t-il menacé avant de continuer sur Kissidougou.