Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Groupement spécial gendarmerie routière de Conakry : flash-back sur les comportements et accidents pendant la fête de Tabaski  

 

De mémoire de citoyen et d’agent de la circulation routière, on a rarement vécu autant d’encombrements et de difficultés à circuler que cette année, pour les usagers en déplacement pour passer la fête de la tabaski à l’intérieur du pays.  Conséquemment, cette situation de gêne circonstancielle, ajoutée aux infractions commises, a favorisé la survenance d’accidents que la gendarmerie estime être parfaitement évitables, en temps normal.  Le lieutenant-colonel Michel Koly Sovogui qui commande le groupement spécial de gendarmerie routière de Conakry, en même temps qu’il assume les charges de PCA de l’AGUISER, (Agence Guinéenne de la Sécurité Routière) pointe du doigt l’excès de vitesse, le non-respect de la distance de sécurité et le changement de direction sans précautions. D’après lui, ce sont les principales causes des accidents qui ont été enregistrés dans sa zone de compétence, pendant cette période de fête. Des infractions, toutes, parfaitement et facilement évitables, quand on le veut bien !  C’est le moins qu’on puisse dire.

Il ajoutera qu’en rase campagne, domaine de la gendarmerie, ces infractions ne sont pas forcément celles qui ont prévalu sur l’ensemble du territoire. Chaque région administrative du pays, en plus de Guéckédou, abrite un groupement de gendarmerie routière. Il faut donc, selon lui, s’attendre à ce qu’il y ait d’autres infractions en cause qui ne soient pas celles répertoriées dans la zone spéciale de Conakry.  Et justement, à propos, le colonel Michel rappelle que c’est assurément là, à partir du siège de son commandement, que se trouve le point de départ des routes, parmi les plus chargées que compte notre pays. Et de citer la RN1, dans sa portion Coyah vers Kindia, la RN2 qui va à Forécariah et la RN3, vers Dubréka- Boffa- Boké. Personne, dira-t- il, ne conteste le fait que ces trois artères soient densément fréquentées de jour comme de nuit, en direction de l’intérieur du pays ou vice-versa. Et d’ajouter, à titre d’exemple, qu’en raison des travaux en cours sur la route qui mène à Kindia, d’énormes bouchons se sont produits ici et là, du fait de l’empressement de certains usagers qui tiennent à être toujours les premiers à passer avant qui que ce soit et le plus vite possible. Ces types de comportements, provoqués ou amplifiés à maintes reprises et en maints endroits, ont toujours favorisé l’anarchie, le désordre et l’insécurité dans la circulation.

C’est pour parer à cette éventualité que les autorités de la sécurité ont anticipé par une série de mesures prises, bien avant la fête. Ainsi a-t-on noté, par exemple, une présence effective des agents mobilisés en grand nombre sur la route. Ce qui a permis, dans bien des cas, de débloquer des situations ponctuelles à risque et renforcer la prévention routière partout où cela s’est avéré nécessaire.

En ce moment exceptionnel qui mobilise grand monde sur les routes, des consignes formelles ont été données par le Haut Commandement à toutes les unités mobilisées pour l’occasion. Entre autres, il leur a été enjoint d’alléger le contrôle routier pour faciliter le mouvement intensif des personnes et de leurs biens, mais aussi et surtout, de veiller strictement à empêcher la commission de toutes formes d’insécurité, notamment les braquages routiers, si fréquents à se produire en période de fête.

Nonobstant tout cela, le groupement spécial de gendarmerie routière de Conakry a enregistré des accidents de la circulation qui se décomposent ainsi qu’il suit : 03 accidents qui ont impliqué 06 véhicules dont 02 privés et 04 motos. Le bilan qui en a résulté est de 02 morts (des hommes), 03 blessés (02 hommes et une 01 femme).

Le premier cas mortel a été enregistré la veille de la fête, le 09, dans le district de Bangouya, suite à une collision auto contre moto. Hélas, la liste noire ne s’est pas arrêtée là !

Le lendemain 10 juillet, deux autres accidents dont l’un a été mortel, se sont produits à Mangata et à Cochery.  Le premier a entraîné un mort et un blessé, suite à une collision entre deux motos. Quant au second, c’est un motocycliste (encore un !) qui a percuté un camion en panne, immobilisé sur la chaussée.  Là, on a eu deux blessés. Selon la gendarmerie, tous ces accidents se sont produits en pleine journée, aux alentours de 14 h.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...