Grève des enseignants : les lignes commencent à bouger chez les syndicalistes

05 décembre 2017 18:18:59
0

Les chefs religieux ont une nouvelle fois rencontre Aboubacar Soumah, Secrétaire général adjoint dissident du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) et ses collègues. Au cours de cette rencontre qui s’est tenue à la grande mosquée Fayçal de Conakry, les religieux ont demandé aux syndicalistes de suspendre le mot d’ordre de grève. Une invite que ces derniers ne rejettent pas entièrement, mais font savoir qu’ils ont des propositions.

C’est notamment la levée des sanctions qui pèsent sur deux syndicalistes grévistes, le paiement de chaque enseignant à un salaire de base de 8 millions GNF, puis le paiement des 40% des 1030 du point d’indice.

Pour donner une chance aux négociations, Sâa Léno de la cellule de communication du SLECG, parlant au nom d’Aboubacar Soumah, a fait savoir qu’ils exigent maintenant le paiement des 20% au lieu de 40 pour la valeur du point d’indice à partir de la fin du mois de décembre 2017.

« On avait beaucoup insisté sur les 40% qui devront être donnés en fin décembre, mais avec les échanges et l’état actuel du pays nous avons demandé que les autorités nous accordent les 20%. La valeur d’indice des 1030 équivaut à 40%. Ces 40% ont été échelonnés pendant 2 ans. C’est ce que les enseignants ont rejeté en bloc demandant à ce que ces 40% soient payés fin novembre. Mais avec l’état actuel du pays nous acceptons aujourd’hui, pour une sortie de crise, le paiement des 20% à la fin du mois de décembre et les autres 20% d’ici à la fin du premier trimestre 2018. Maintenant les négociations s’accentueront sur le salaire de base. Mais les deux premiers points, c’est non négociable », a expliqué Sâa Léno.

Il faut par ailleurs rappeler que Soumah & Cie appellent à une Assemblée générale extraordinaire de restitution  avec leur base est prévue pour ce jeudi 7 décembre au siège du SLECG à Donka.

Lire Vidéo: