Grève des enseignants : Le mot d’ordre largement suivi à Mamou

0

Suite à l’avis de grève lancé par le SLECG (syndicat libre des enseignants chercheurs de Guinée) version Aboubacar Soumah, ce lundi 12 février, les cours restent perturbés dans les différents établissements de Mamou. Le mot d’ordre est très suivi par les enseignants malgré la présence de quelques uns ce matin.

La rédaction locale de Guinéenews© a fait un tour dans les établissements de la ville carrefour pour toucher du doigt à ce débrayage.

Dans tous les établissements, du lycée Doukouré au lycée Cabral en passant par le lycée Ducal et le lycée Union, les élèves ont brillé par leur absence. Même constat pour les écoles primaires et les écoles privées de la place où seulement deux classes de l’école primaire de Abattoir et une classe de l’école du kilomètre 7 ont tenu des cours. Partout, les chefs d’établissements et certains professeurs étaient présents.

Des missions d’inspections ont été dépêchées par les autorités en charge de l’éducation pour évaluer la tenue des cours et éventuellement répertorier les enseignants absents et photographier les présents.

Le samedi dernier, l’intersyndical de l’éducation (la FSPE et le SLECG version Sy savané) de Mamou avait convié les enseignants à une rencontre pour les dissuader à ne pas observer la grève de ce lundi. A l’issue de la rencontre, les participants se sont séparés à queue de poisson.

Rencontrée, la représentation locale du SLECG version Aboubacar Soumah a dénoncé l’illégalité de l’ancien bureau dirigé par Madame Kadiatou Barry chef SAAF (service des affaires administratives et financières) à l’inspection régionale de l’éducation de Mamou qui cherche à faire échouer la grève. « Le SLECG était presque absent à Mamou, c’est seulement Monsieur Sigon, le représentant de la FSPE qui était vu sur le terrain. Lorsqu’il était question de renouveler le bureau du SLECG, Madame Kadiatou a refusé de venir siégée avec la délégation venue de Conakry. C’est après qu’on a appelé les enseignants pour installer le nouveau bureau »,indique Thierno Souleymane Sall, le secrétaire général.

L’inspecteur régional de l’éducation avait dépêché une mission pour rencontrer la représentation locale du SLECG version Aboubacar Soumah, en vain.