Grève des enseignants à Conakry: cours et circulation de nouveau perturbés par endroits

05 décembre 2017 13:13:10
0

Il y a exactement 23 jours depuis que le mouvement syndical du secteur de l’éducation guinéen a lancé une grève générale sur toute l’étendue du territoire national. Prise à la légère par les autorités qui accusent le principal meneur d’être « rebelle », cette grève continue de paralyser le système éducatif guinéen et d’autres secteurs comme celui du commerce par endroits.

Ce mardi encore, faute d’enseignants dans les établissements, les élèves de plusieurs écoles notamment ceux trouvant à Cosa, Koloma, Bambeto, Hamdallaye, Kipé, ont été libérés vers 10H.  Les élèves du privé bien qu’ayant des encadreurs, n’ont pas pu suivre leurs cours. «Nous au complexe scolaire Mahawa Touré, certains de nos encadreurs sont venus, malheureusement nous avons la malchance d’être à proximité d’une école publique. Quand ces derniers n’étudient pas, ils viennent nous empêcher d’y étudier en lançant des cailloux sur notre établissements , s’est plaint l’élève Oumou Camara.

Excédés par le chômage de plus de trois semaines, les élèves ont perturbé ce mardi encore la circulation entre Cosa et Hamdallaye d’une part et Kipé-Taouyah, d’autre part. A 10h, aucun véhicule ne passait sur ces tronçons. Seuls les motards s’y aventuraient. Il y avait par contre un petit trafic sur la transversale n° 2, Kipé-Aéroport.

Le commerce aussi a été paralysé. Les vendeurs se trouvant notamment au marché de Koloma ont fermé leurs boutiques et magasins par peur de voir leurs marchandises vandalisées par des loubards qui accompagnent les élèves dans la manifestation de leur colère.

En attendant qu’une solution ne soit trouvée à cette crise qui perdure, les parents d’élèves continuent  à exprimer leur cri du cœur. « Il y a pratiquement un mois que nos enfants n’étudient pas. C’est inacceptable car, même une semaine de chômage peut avoir des conséquences énormes sur la formation des enfants. Les parties concernées doivent mettre leurs égos de côté et trouver une solution à ce problème », a déclaré au micro de Guinéenews Mme Thiam devant le complexe scolaire Yomando.