Grand Marché de Conakry : plus rien ne va entre la direction et ses locataires

0

Les activités du nouveau centre commercial appelé ‘’Le grand marché de Conakry’’, situé à Bonfi, dans la commune de Matam, ont été  paralysées ce mardi 9 décembre. Les  vendeurs, pour la plupart des femmes, ont vu ce matin leurs boutiques et magasins  fermés par la direction. Celle-ci leur demande le renouvellement des contrats de location qui ont connu une certaine augmentation. Cette hausse est catégoriquement rejetée par les occupants  qui la trouvent unilatérale et exagérée.

C’est un marché presque mort, peu  fréquenté,  des boutiques fermées, l’ambiance y est morose, se plaignent les locataires. Ce matin à leur arrivée, les vendeurs ont été surpris de voir les portes de leurs boutiques et magasins cadenassés. Cette fermeture a provoqué l’ire de ces femmes.

«Nous manifestons parce que les libanais ne nous respectent pas. Ils envoient des agents pour cadenasser nos boutiques sans nous avoir avisés. Hier, nous nous sommes mobilisés pour aller parler avec le directeur, mais il n’a pas accepté de nous recevoir. Donc, ce mardi on a décidé de manifester », a déclaré Fatoumata Bangoura, une des vendeuses.

Au grand marché de Conakry, les prix des magasins varient selon leur dimension. Elles sont nombreuses à détenir des marchandises diverses. Toutes, sont révoltées par la rareté  de la clientèle et appellent à la souplesse des responsables du marché.

«Il y’a des gens qui payent un million de franc guinéen, d’autre un million soixante six mille jusqu’à un million cent soixante six mille. Vu que les prix des magasins sont exorbitants, on a jugé nécessaire d’aller voir la direction pour nous concéder un rabais jusqu’au moins cinq cent milles. Parce qu’on peut passer la journée au marché sans presque rien vendre. Il n’y a pas de clients, les gens ne viennent pas », se plaint pour sa part Angeline Tonguino, une autre locataire dudit centre commercial.

Déterminées, les vendeuses ne comptent aller jusqu’au bout. Une situation qui pousse les responsables du marché à ouvrir des négociations afin de trouver une solution dans les plus brefs délais.

«On a pardonné les arriérés, malgré tout, elles ne sont pas satisfaites. Maintenant, on attend la lettre officielle signée par la représentante des femmes  et après cela, on va étudier la requête avec nos responsables et un compromis va être trouvé », a laissé entendre Khalil Soufan, le Responsable marketing au grand marché de Conakry.

Par ailleurs les vendeuses du Centre, ‘’Le grand marché de Conakry’’ souhaitent la construction d’une passerelle qui va servir d’accès audit centre