Gouvernance en Guinée : La corruption décrite par l’art

15 février 2018 0:00:09
0

Le Centre international de recherche et de documentation (CIRD) de Conakry a servi de cadre le mercredi 14 février, à la présentation d’une pièce de théâtre condamnant la corruption dans le système administratif guinéen et d’une projection sur les avantages de l’intégrité pour un pays, a-t-on constaté sur place.

L’initiative est signée par la compagnie « La Muse » et dans le cadre de la promotion des pratiques de la bonne gouvernance par la force de l’art, des jeunes du quartier Kipé et d’autres venus d’ailleurs, ont suivi une pièce de théâtre intitulée « la punaise dans la boue », une vidéo dont le titre est « l’intègre » et d’une exposition de tableaux.

Au nombre de cinq, les comédiens du sketch « la punaise dans la boue » venant tous de l’Institut supérieur des arts de Guinée (ISAG), ont présenté la mésaventure d’une jeune lycéenne voulant à tout prix accéder à l’université et qui pour arriver à ses fins, va se livrer à une corruption matérielle et corporelle avec un ministre.

A notre micro, Moussa Fernadez Camara (ministre de l’enseignement pré-universitaire du théâtre) a précisé : « Cette pièce est le fruit d’une formation sur la bonne gouvernance dont nous avons bénéficié sur l’initiative de la Muse. Nous avons voulu démontrer combien de fois la corruption peut être nuisible à une administration mais aussi, combien de fois elle peut pourrir la vie du corrupteur. Nous espérons que le message a atteint sa cible. »

Au sortir de la vidéo projection sur le poids de l’intégrité d’un citoyen dans le développement de son pays, quelques participants nous ont confiés leurs impressions. C’est le cas de Fodé Camara élève. « Dans la vidéo, j’ai compris que le personnel peut mettre les bâtons dans les roues d’un directeur qui apporte de nouvelles réformes, mais que ce dernier doit continuer sur son élan de changement de toute pratique nuisible à son service et à son pays pour le bien-être de toute la communauté », affirmera-t-il.

Et à Binta Baldé de rajouter : « La fille qui est partie séduire le Ministre de l’enseignement pré-universitaire dans la pièce de théâtre m’a fait comprendre que pour valoriser son corps, la femme doit avant tout miser sur son potentiel intellectuel car seul le savoir peut agenouiller tout homme ».

Une journée culturelle et artistique offerte par la Muse et le CIRD et qui a été du goût   des participants.