Foumbadou/Lola: calme précaire dans la cité, toutes les autorités en « fuite »

13 septembre 2017 13:13:50
0

Comme annoncé dans une de nos précédentes dépêches, la sous-préfecture de Foumbadou, située à environ 52 kilomètres du centre-ville de Lola, a connu une journée mouvementée  mardi 12 septembre.

A l’origine, une manifestation des habitants de la localité demandant le départ du maire de la commune rurale, Mamady Keita alias « Degaulle » en fonction depuis 12 ans et àFoumbadou/Lola: calme précaire dans la cité,  toutes les autorités en « fuite » qui l’on reproche une mauvaise gestion de la collectivité. Aussi les jeunes de Foumbadou déplorent la  »banalisation » de leur situation par les autorités régionales et préfectorales qui, selon eux,  ont été saisies de la situation depuis maintenant sept mois sans pour autant que celles-ci n’y réagissent.

« Le gouverneur et le préfet sont tous en faveur du maire. Nous avons un maire qui est tout sauf un responsable de développement. Depuis 12 ans, il est là mais il n’a rien fait pour la collectivité à plus forte raison pour lui-même. Car, il n’a même pas une case ici.  Il a passé les 12 années à enrichir les différents préfets qui se sont succédés à Lola dans le but de protéger sa place », a déploré un des manifestants au micro de Guinéenews.

A Foumbadou, la nuit a été longue.  Jeunes, femmes et sages ont passé toute la nuit à la place publique, craignant le retour des forces de sécurité. Des agents de la gendarmerie qu’on accuse par ailleurs d’être responsables de certaines exactions.

« Nous sommes restés ici le matin et on ne s’attendait à rien. On a simplement demandé au maire de rendre tout ce qui appartient à la commune et qu’on ne voulait plus de lui. Il a refusé et il est parti à Lola. Les heures qui ont suivi,  il y a eu l’intervention de cinq pick-up de la gendarmerie. Les gendarmes sont rentrés dans nos concessions pour prendre des objets, retirer les téléphones et voler de l’argent. Ils sont rentrés par exemple dans une maison où ils ont pris quatre millions cinq cent mille francs guinéens. Il y a aussi un de nos fils qui vient d’arriver fraîchement de la Côte d’ivoire à qui ils ont retiré une somme de 80 mille FCFA », explique Komara, un des leaders de la jeunesse.

Un calme précaire règne en ce moment dans la sous-préfecture et toutes les autorités à savoir le sous-préfet, le maire et le directeur sous-préfectoral de la jeunesse ont décidé de quitter la ville. Des jeunes en colère ont, par ailleurs, incendié la nuit dernière le domicile du secrétaire communal soupçonné être l’un des soutiens du maire contesté.

Au moment où nous mettons cette dépêche en ligne, une délégation des ressortissants de la localité résidant à N’Zérékoré était en entretien avec les différents responsables pour trouver une solution pacifique à la situation.

Nous y reviendrons…