FISPA : coup d’essai ou coup d’épée dans l’eau ?

11 octobre 2017 13:13:13
0

Après la presse de l’éveil des consciences contre l’élite, contre la mauvaise gouvernance et contre dictature en Afrique, voilà le FISPA qui vient de prendre son envol. L’apprentissage semble laborieux.  D’un certain avis, dans le Front International de la Société Civile Panafricaine,  il y a quelque chose qui sonne double et creux, à  moins que cette organisation se donne l’autorité de lutter contre tout ce qui se passe dans le monde, ce dont elle n’aura pas de légitimité.

Etant  panafricain, il est international, de fait. Les devanciers avaient fait la différence entre panafricain et international à cause de ce qu’on appelle La Communauté internationale.

Ainsi donc, déposer plainte à la CPI contre Nicolas Sarkozy pour avoir violé la résolution 1973 du Conseil de Sécurité de l’ONU en tant que Société civile panafricaine en gestation, est un peu  de la gageure. Certains ne s’empêchent pas dire voire une grande opération de Com pour plusieurs raisons.

Kadhafi n’a pas que des ennemis dans le monde, le PM d’Italie, Berlusconi s’était opposé, Abdoulaye Wade et quelques membres de l’UA s’étaient opposés et surtout n’oublions pas que la France est membre permanent du Conseil de Sécurité et qu’elle ne livrera jamais leur ancien président parce que le FISPA a eu cette idée de bravache. Ensuite, s’insurger contre le franc  FCFA sans faire des propositions pratiques est un coup d’épée dans l’eau, qui ne laisse aucune trace mais qui risque même de porter préjudice aux pays qui s’engouffreraient dans la brèche.   Il y a plein d’inconnus.

D’abord, dans la zone-Franc, les dégâts sont limités à cause de l’orthodoxie financière dictée à chacun des membres, les Etats ne peuvent pas faire glisser la planche à billets comme dans les pays qui ont leur propre monnaie et qui font ce qu’ils veulent avec l’inflation. Tout le monde sait que de l‘apparition des billets de 1000 fg améliorés jusqu’à celle des billets de 20000fg, le sac de riz est allé de 20000 fg à plus 200000fg, et si l’on nous parle de la conjoncture internationale, on ne peut pas nous expliquer pourquoi les opposants sont sortis manifester contre la cherté de vie  à cause de la hausse de la TVA, ces derniers temps, puisque depuis que les billets de 20000 francs guinéens sont entrés en action sur le marché, les cubes Maggie qui se vendaient à 3 pour 1000 fg se vendent actuellement à un pour 500 fg, que dire du sucre, de l’huile et autres. La viande a profité du ramadan pour se fixer à 38000fg, au lieu de 35000… Dans les pharmacies, idem !

 La valeur du franc guinéen commence par 500 francs, il n’y a plus de jetons et petites monnaies, qui ont la valeur que de la ferraille. Qui ne se souvient que la police ait saisi une cargaison de pièce de monnaie dans un container de ferraille contenant aussi des étuis d’obus en 2008 ?

A certains moments d’euphorie, les Guinéens peuvent se targuer d’avoir leur propre monnaie mais dans la réalité, il y a quelque chose qui n’est pas rose. En 1985, lorsque les fonctionnaires étaient payés avec des billets de 2 sylis, pour les écouler sur le marché, c’était un calvaire.

 Le FISPA ne doit pas se jeter à tue-tête, il ne doit pas trop embrasser, au risque de mal étreindre. Quelle est la monnaie de substitution proposée ? Si la première démarche fait fiasco et que l’on tienne mordicus à trouver des arguties, les autres démarches ne seront pas suivies. Il faut éviter des coups d’essai.

Mais encore, pour frapper sa propre monnaie, chaque banque centrale devra avoir une caution en or en fonction de son budget, de son PIB, de son économie et quoi d’autres qu’il faudrait pour garantir cette monnaie. En cas d’une autre monnaie commune, la grosse question sera  quels sont les critères de convergence pour les différents membres ? En tout cas, voilà plus d’une dizaine d’années que la ZMAO se cherche sans jamais se trouver, pourquoi ? La raison est simple, personne ne veut sacrifier un peu de sa souveraineté et de sa liberté de faire la planche à billets quand il juge nécessaire. Dans la zone-Franc, l’on n’a pas cette possibilité.

Le franc CFA est une monnaie coloniale, personne n’en disconvient mais les pays indépendants d’Afrique sont-ils prêts de s’assumer véritablement ?  Pourquoi le Mali est revenu dans la zone-franc, après en être sorti un moment ? Quand un homme est écouté, il ne doit pas dire des bobards, par impulsion.

Hormis ces vétilles et broutilles, il faut bien lever le chapeau pour l’initiative. Pour que le continent démarre, il faut dénoncer  les velléités des troisièmes mandats, la mauvaise gouvernance, l’impunité et l’injustice.

 Maintenant que le FISPA est lancé pour faire se mettre dans leurs petits souliers les Sociétés Civiles classiques, celles qui existent dans tous les pays et qui n’attendent que d’être dans les gouvernements qu’on connait, la vraie pression est dans le camp de ceux qui visent un troisième mandat. Bras de fer ou abdication ?

Cette question est d’importance car en cas de bras de fer, les rastas vont le crier sur tous les toits pendant des décennies, ils vont même concocter des chansons de contestation, des tubes à faire perdre le sommeil, et en cas  d’abdication, ce sera la pire des avanies de l’histoire

 Ce qu’il faut souligner, c’est que Alpha Condé n’a pas dit explicitement qu’il veut du troisième mandat en Guinée. Cet homme retors et rebelle se plie difficilement sous les pressions, et cette question du troisième mandat est bien une pression.  Pour Alpha Condé, dire qu’il n’est pas candidat pour le troisième mandat, c’est céder, mais aussi, ne pas céder est un engagement au bras de fer…

La démocratie en Afrique, on en verra de toutes les couleurs. Cette nouvelle forme de contestation, si elle pouvait sortir l’Afrique de l’ornière, puisque les intellectuels ont montré leur limite…