Faranah : Le ministre de l’enseignement pré-universitaire face aux acteurs de l’éducation

18 juin 2017 10:10:48
0

A quelques heures du coup d’envoi des examens nationaux, le nouveau patron du ministère de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation a pris son bâton de pèlerin pour effectuer une offensive de visite de travail à l’intérieur du pays. Objectif, faire une prise de contact avec l’ensemble des acteurs du système éducatif et leur expliquer les innovations entreprises par le département afin d’éviter toutes mauvaises interprétations.

À Faranah, cette délégation ministérielle a été accueillie ce samedi, 17 juin par un cortège de l’association de femmes enseignantes et enseignants, les élèves ainsi que les autorités régionales, préfectorales, communales et les partenaires sociaux de l’éducation. C’est la salle de conférence de l’école normale d’instituteur (ENI) qui a servi de cadre à cette rencontre.

A l’entame des travaux, l’inspecteur régional de l’éducation de Faranah, Mory Moussa Camara a, dans son discours de bienvenu, énuméré un nombre de changements apportés dans l’éducation après 6 mois de la nomination de l’homme fort de l’enseignement pré-universitaire dont entre autres : la responsabilisation des inspecteurs régionaux de l’éducation, directeurs préfectoraux et directeurs communaux de l’éducation par rapport à la nomination des directeurs d’écoles et chefs d’établissements, l’institutionnalisation de fin d’étude élémentaire, l’annulation des notes de cours au Baccalauréat qui sont de nature à crédibiliser d’avantage le système éducatif guinéen. Il a exprimé l’engagement des gestionnaires des structures déconcentrées de l’éducation à accompagner sans faille le ministre dans son ambition de restauration de l’école guinéenne.

Pour sa part, le gouverneur de la région administrative de Faranah, Sébastin Tounkara, a rassuré aussi l’engagement des autorités administratives, communales, scolaires de la région d’œuvrer aux cotés du ministre pour la mise en œuvre de toutes les réformes.

Très ému de la mobilisation de la population, le nouveau locataire du ministère de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation, Ibrahima Kalil Konaté a expliqué à l’auditoire les motifs de l’annulation des moyennes de cours au Baccalauréat qui fait couler beaucoup d’encre et de salive dans la capitale comme à l’intérieur et dans les médiats. Dans sa communication, il a rassuré que dans 4 ans le Baccalauréat sera rendu régional, les IRE et DPE (direction préfectorale de l’éducation) seront équipées en moyens financiers et techniques grâce aux bienfaits du président. Il a par ailleurs informé que le nouveau calendrier scolaire est déjà revu et que l’ouverture prochaine des classes est prévue au 15 septembre. Il a rassuré que les enseignants guinéens fêteront le 5 octobre prochain la fête internationale des enseignants, une première en Guinée. Il a expliqué aussi que la prime fait la différence dans le salaire des enseignants et la prime de la documentation s’élève à 300 000 GNF par an.

C’est sur cette note d’espoir que la rencontre a pris fin.