Exclusif : comment l’opposition s’est réconciliée à huis-clos sans médiateur ?

0

Après des mois de querelles internes, sous fond d’attaques par médias interposés, les leaders de l’opposition républicaine ont annoncé, hier mercredi, qu’ils ont tourné la page de leurs bisbilles, après une plénière d’explications et de présentation d’excuses.

Sauf que, dans son compte-rendu, le porte-parole, Aboubacar Sylla, n’a pas dit à la presse, fortement mobilisée, comment la réconciliation s’est-elle faite et qui a présenté les excuses à qui ?

C’est justement à ces deux questions, que votre quotidien en ligne, Guineenews, tente d’y répondre, à travers certains témoins.

Selon notre informateur, quand la réunion a débuté hier mercredi, c’est le chef de l’opposition en personne, Cellou Dalein Diallo, qui aurait pris la parole en premier pour tenir un discours d’unité, de rassemblement, d’apaisement et de réconciliation.

Ensuite, tous les participants se sont vus dans la nécessité de s’expliquer. Le BOC, dont les représentants ont été les plus virulents dans les médias, aurait parlé en premier. Dans son discours, le délégué du BOC s’est expliqué et a présenté ses excuses.

Après, les langues se seraient déliées. Ce fut autour du porte-parole Aboubacar Sylla, ensuite Makanera, et ainsi de suite. Chacun des orateurs se serait justifié et aurait présenté ses excuses.

La preuve, quelqu’un aurait même dit dans la salle, que s’il y a eu ces problèmes, c’est parce que certains seraient allés loin dans les médias. Quand à cause du point 2, certains sont allés jusqu’à dire que d’autres ont trahi ou ce sont des traîtres.

Les explications terminées, suivies de la présentation des excuses, les opposants se seraient levés, galamment, pour faire des accolades. Malheureusement, il ne manquait que la tablette de Jean Marc Telliano pour immortaliser cet événement.

Ceci fait, le deuxième point aurait été abordé : celui de la nécessité de restructurer l’opposition voire même changer d’appellation.

Dans la salle, il a été suggéré d’aller chercher les absents comme le PEDN de Lansana Kouyate, qui clame son appartenance à l’opposition, mais non pas l’opposition républicaine.

Enfin, le troisième point a été évoqué à savoir : qui sera le porte-parole de l’opposition. Une question délicate puisqu’il fallait départager Aboubacar Sylla et Alhousseiny Kaké Makanera.

Finalement, le FAD étant une alliance électorale et Aboubacar Sylla n’ayant pas quitté  l’opposition, il aurait été rappelé qu’au regard de la loi, le chef de l’opposition est en même temps le porte-parole.

Partant de là, Aboubacar Sylla a été maintenu à son poste en attendant la fin des travaux de restructuration de l’opposition guinéenne.

Prochainement, il a été conseillé aux uns et aux autres de régler les problèmes à l’interne au lieu de les transporter dans les médias.

Justement, les médias un parfait bouc-émissaire.