Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Labé : crise de carburants, contrebandes et stats. des stations, l’inspecteur de la SONAP fait le point (entretien)

A l’image des autres préfectures de la république de Guinée, Labé a connu récemment une crise de carburant notamment le gasoil qui serait en « rupture » au niveau des stations d’essence de la région. Une situation qui a été très mal vécue par les citoyens qui ont fait face à des augmentations fantaisistes au niveau des détaillants clandestins. A la suite de cette crise, la rédaction régionale de Guinéenews a décroché un entretien exclusif avec l’inspecteur préfectoral de la société nationale des pétroles (SONAP). Diakité Kerfalla. Dans cette entrevue, le Reponsable régional de la SONAP a non seulement évoqué la crise mais aussi les  éventuels cas de contrebandes ainsi que les statistiques des stations d’essence opérationnelles dans la préfecture de Labé. Lisez !

Guinéenews : à ce jour, la préfecture de Labé compte combien de stations d’essence ?

Kerfalla Diakité : dans la préfecture de Labé il y a environ 32 stations ici au centre ville et dans les sous-préfectures. Parmi ces 32 stations, il y a un travail qui est établi tous les jours entre elles et moi. C’est pourquoi ils m’amènent généralement leurs données. C’est-à-dire les informations liées aux stocks, commandes, ventes et réceptions. A travers cela, moi aussi j’ai un tableau, je travaille soigneusement avant d’envoyer les données à qui de droit, c’est-à-dire à ma direction générale.

Guinéenews : ils vous amènent comment ces données ; c’est quotidiennement ou hebdomadairement ?

Kerfalla Diakité : c’est quotidiennement. Parce que le carburant, c’est tous les jours, c’est l’énergie au service de la vie. Donc, c’est tous les jours ils me déposent leurs données que je traite soigneusement. Parfois pour m’assurer réellement si ce qu’on me dit est conforme à la réalité, je participe au jaugeage avec eux.

Guinéenews : récemment il y a eu une crise de carburant notamment le Gasoil à Labé, avez-vous pu comprendre les causes exactes de cette rupture et comment vous avez pu la gérer?

Kerfalla Diakité : par rapport à cette crise, il y a eu un communiqué de la direction générale de la société nationale des pétroles (SONAP). A travers ce communiqué, il a été remarqué l’existence d’une pénurie artificielle entretenue par certains spéculateurs… Il faut souligner que c’est suite à ce constat très alarmant que la direction a publié ce communiqué. Vous conviendrez avec moi que la majeure partie des gérants sur l’étendue du territoire avaient refusé de vendre leur stock par mauvaise foi en espérant qu’il allait y avoir une augmentation de prix. Et cela est une procédure qui ne répond à aucune règle en matière pétrolière. C’est ainsi que la direction générale a donné des instructions fermes à ces gérants de reprendre immédiatement les activités au niveau des stations sous peine de se voir retirer leurs licences. La direction nous a également instruit, nous les inspecteurs qui sommes dans toutes les préfectures et régions du pays de veiller à ce que le prix officiel soit appliqué. C’est-à-dire 10 000 GNF pourle gasoil et l’essence. En plus de veiller à ce qu’il n’y ait plus de rétention de stock et de les contraindre à travailler dans le cadre des réglements en vigueur dans le pays.

Guinéenews : à la suite de ces instructions on a quand même constaté une persistance de la crise à Labé. C’était quoi le problème, ont-ils voulu vous tenir tête ?

Kerfalla Diakité : il n’y a pas eu un bras de fer entre nous parce que vous pouvez comprendre que cette situation menace ou psychose était  liée à la guerre en Ukraine. Vous savez, généralement les bateaux transitent par l’Europe. Il est évident que celle-ci ne nous approvisionne pas en carburant, mais beaucoup de tankers qui nous approvisionnent passent par la mer noire et avec le conflit Russo-ukrainien, cela a provoqué un retard dans la livraison du gasoil. Mais comme je vous l’ai dit, les gérants manifestent une mauvaise foi. S’il y a une baisse en perspective, ils ne sont pas d’accord et si l’Etat envisage une hausse, ils en profitent pour faire plus de bénéfices. Il cependant, préciser que ce n’est pas tous les gérants qui sont véreux.

Guinéenews : et vous n’avez sanctionné personne à Labé ?

Diakité : non, on a sanctionné et les sanctions ne devraient pas être publiques. Parce que ça se passe au niveau de la direction. On peut te retirer la licence, on peut te rejeter à travers ceux qui te fournissent en carburant. Ainsi, la direction générale de la société nationale des pétroles (SONAP) a rassuré que malgré cette tendance haussière des produits pétroliers à l’international, le prix est et reste maintenu à 10 000 GNF.

Guinéenews : justement on apprend que L’Etat a réajusté les prix du carburant, est ce que cette mesure ne va pas favoriser la contrebande ?

Kerfalla Diakité : non, cela ne va pas favoriser la contrebande parce que c’est une opération qui est faite généralement à chaque mois pour accompagner les partenaires. Ce que les gens ne comprennent pas  en matière de pétrole, l’Etat est un régulateur. Parce que le carburant est très stratégique. Voilà pour laquelle l’État doit avoir un regard là-dessus.

Guinéenews : on a vu N’Zérékoré récemment et cela nous amène à à nous interroger s’il n’y a pas de contrebande à Labé ?

Diakité : à Labé ici, je peux vous rassurer que tous les jours, les autorités locales et moi-même travaillons ensemble pour mettre en place des stratégies pour ne pas qu’il y ait des  contrebandes.

Guinéenews : et le carburant qui est régulièrement mis dans les bidons pour des directions inconnues ?

Kerfalla Diakité : je peux vous donner l’assurance… Ne voyez pas le carburant qui est mis dans les bidons pour dire que c’est contrebandE, non. Quand vous prenez Labé, la préfecture à 13 sous-préfectures. Et parmi ces 13 sous-préfectures il n’y a que 4 seulement qui disposent de stations d’essence. Alors, si les gens ne mettent pasble carburant dans les bidons pour aller approvisionner les autres sous-préfectures qui n’en ont pas, comment les consommateurs vont devenir dans ces localités ?

Guinéenews : sachant que des commerçants de Labé bien connus dans cette fraude, vivent toujours ici et vous rassurer qu’il n’y a pas de contrebande ?

Kerfalla Diakité : il n’y a pas de contrebande. Et vous savez, avant Labé n’avait pas d’inspecteur des hydrocarbures. Je suis le premier inspecteur de Labé. J’ai commencé à travailler en 2020. Donc, imaginez depuis que je suis là, je n’ai jamais assisté à une contreband. Vous pouvez demander aux autorités locales. Et j’ai mis en place un comité d’échanges avec tous les gérants pour qu’on puisse échanger sur les questions pétrolières à Labé.

Guinéenews : votre  mot de fin de cet entretien ?

Kerfalla Diakité : je vous remercie et profite de ce micro pour rassurer la population de Labé quant à l’approvisionnement correct et régulier de toutes les stations en carburants. La preuve, au moment où je vous parle, il y a plus de 190 000 litres tous produits confondus (essence et gasoil) qui sont acheminés vers Labé.

Entretien réalisé par Alaidhy Sow

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :