Usage abusif des procurations : la CENI instruit aux magistrats (Etienne Soropogui)

05 février 2018 21:21:05
0

Lors d’une intervention à la télévision nationale, lundi soir, le directeur des opérations de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Etienne Soropogui, a tranché, contre l’usage abusif lors des élections locales du 4 février 2018.

« Naturellement, le scrutin d’hier, de notre point de vue, s’est passé dans de très bonnes conditions. C’est une œuvre humaine. Il fallait le faire. Nous avons tenu ce rendez-vous. Personne n’y croyait. Aujourd’hui, je crois qu’il faut se réjouir, le fait que nous soyons allés finalement à ces élections. Il y a eu quelques couacs techniques, qu’on a pu solutionner et fur et à mesure, notamment sur des problèmes logistiques, qui étaient relativement mineurs. Mais il faut dire qu’on a été aussi confronté à un problème, qui a failli, sur la base de ce qui nous a été remontés par les acteurs, faire une tâche noire sur le scrutin, c’est la question de l’utilisation des procurations. La loi, dans le contexte actuel, n’interdit pas que le vote par procuration. Dans le cadre des discussions que nous avons eus avec les acteurs, nous avons estimé que pour éviter le phénomène de la fraude, qu’il était important de limiter l’utilisation des procurations. C’est pourquoi, il est prévu, dans le cadre des textes de lois, que la CENI peut en donner à ceux qui veulent l’avoir, que les autorités locales, sans définir l’ampleur, peuvent en donner aussi, mais aussi le commandant de zone peut en donner. Mais on a eu l’impression que les procurations ont été éditées, à l’insu de la CENI. On a eu l’impression, qu’il y a eu, sur le terrain, assez de procurations, que nous n’avons pas éditées, qui se sont retrouvées dans les mains des chefs de quartiers, c’est un fait à déplorer. Globalement, nous avons pu stopper, en lisant un communiqué sur la synergie des radios, pour demander l’utilisation des procurations à cinq par bureau de vote. Nous avons donné des indications aux magistrats qui président les Commission de centralisation des votes, pour que les bureaux de bureau de vote, qu’ils dépouillent, qu’ils traitent, qu’ils tiennent compte de notre décision, qui a été donnée x par la CENI. Si on remarque qu’un bureau de vote est au-delà de cinq procurations, on devrait mettre le reste des procurations à côté pour tenir compte aux indications de la CENI », a-t-il annoncé.