Électricité : Voici le rapport qui accable la gestion financière de l’EDG

1

Depuis plusieurs semaines, la desserte du courant électrique est fortement perturbée dans la capitale Conakry. De nombreux foyers peinent à se procurer du précieux sésame. Une situation qui ne semble pas prendre fin de sitôt. Pour cause, EDG est confrontée à de grosses difficultés financières dues à un endettement abyssal. Un endettement qui s’élève, selon un rapport financier sur EDG publié par le ministère de l’Economie en novembre 2107 et dont Guinéenews détient copie, à plus de 39 millions d’euros.

Alors que l’Etat se vantait d’avoir résorbé définitivement la crise d’électricité en Guinée, particulièrement à Conakry avec le lancement du barrage de Kaléta, de nouveaux délestages sont enregistrés dans plusieurs quartiers de la banlieue de la capitale.

En juin 2015, un contrat de gestion d’une durée de 4 ans, a été signé avec le groupe français Veolia et un autre de performance entre EDG et l’Etat.  L’objectif visait à résoudre définitivement les coupures intempestives du courant et à assurer une gestion judicieuse des ressources financières de la société.

Dans les états financiers, il ressort que EDG a réalisé des chiffres d’affaires de plus 717 milliards GNF en2015 contre 716 milliards GNF en 2016. Des chiffres qui montrent que la société a enregistré un résultat net négatif de – 1 130 milliards GNF.

Concernant les achats, ils sont passés de 493 milliards GNF en 2015 à 1 849 milliards GNF en 2016, soit 275% d’augmentation.

Les dettes des fournisseurs ont été revues à la hausse.  Plus de 424 milliards GNF en 2015 contre 1995 milliards GNF en 2016, soit une augmentation de 370%.

Les dettes sociales, elles, se sont accrues de 42,43% pour passer de 11 milliards GNF en 2015 à plus de 27 milliards GNF en 2016.

De la comparaison des charges aux produits d’exploitation, il se dégage une différence négative de -1 130 milliards GNF. Ce qui montre que la Société a accusé une perte nette en 2016 contre un bénéfice déclaré de plus de 11 milliards l’année précédente. Elle a par ailleurs eu à contracter plusieurs emprunts antérieurs, estimés à plus de 39 millions d’euros sans oublier la dette d’EXIMBANK qui s’élève 335 millions de dollars américains pour le projet d’aménagement du barrage Kaléta.

De tous les secteurs d’activités, l’énergie a occupé une place importante dans le programme de société du chef de l’Etat. Et  conséquemment le secteur a reçu des investissements massifs. Mais ces chiffres d’affaires et de créances tels que publiés dans ce rapport, montrent que la desserte du courant électrique est loin de trouver sa régularité d’antan surtout que le ministre de l’Energie a, à la faveur du dernier Conseil des ministres, dressé un tableau des plus sombres sur l’état de santé financier et production de l’EDG.

Lire l’extrait du rapport sur la gestion financière de l’EDG : Extrait du rapport financier du ministère de l’Economie portant sur la gestion de l’EDG

  • Le Guinéen

    honte