Education : Une deuxième session sera introduite dès cette année au Bac (ministre)

0

En ce début de nouvel an 2018, le ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Ibrahima Kalil Konaté est porteur de nouvelles réformes pour son. C’est le cas, entre autres, de la biométrisation des candidats et l’introduction d’une deuxième session au Baccalauréat.

Le ministre Ibrahima Kalil Konaté indique que la prise de ces décisions émane du constat selon lequel il y a des élèves admis au Baccalauréat avec 10 de moyenne qui sont à l’université et qui reprennent l’examen pour être parmi les lauréats et avoir une bourse d’études à l’étranger. D’ici-là, ces réformes vont être soumises au gouvernement pour validation.

«Je vais introduire cette année la deuxième session du Baccalauréat. L’année dernière quand j’ai analysé les résultats, j’ai constaté qu’il y a des élèves qui ont échoué au Bac à cause d’une seule matière sur sept. Ça, ce n’est pas normal. Je pense qu’on peut donner une seconde chance aux élèves qui sont dans ces conditions. Cette deuxième session du Bac se fait dans tous les pays sauf en Guinée», a fait savoir le ministre Konaté.

Pour le Responsable du service de Communication du département de l’Education, il s’agit là des perspectives pour l’année 2018.

Sur la question proprement dite de la deuxième session que certains assimilent au retour du Bac 2, notre interlocuteur déclare : «ce n’est pas une pratique qui existe ou qui ne va exister qu’en Guinée. Autour de nous, dans les pays limitrophes, ces sessions sont bien accordées aux candidats en vue de lui accorder une seconde chance.»

Et dans nos perspectives, poursuit le Responsable de la Com. du ministère, nous avons pensé qu’il faille se mettre au diapason des autres. « Dans le cadre des perspectives 2018, le ministre Ibrahima Kalil Konaté et ses cadres sont en train  d’examiner tous les paramètres de faisabilité de cette mesure afin qu’un candidat qui aura raté par exemple sa moyenne dans une ou deux matières, ne puisse pas puisse pas échouer alors qu’il a été un très bon élève durant toute l’année scolaire… », a expliqué Mamady Sidiki Camara.