Éducation : À cause d’un meeting du RPG, les cours suspendus à Faranah ce jeudi

0

Les cours n’ont pas eu lieu ce jeudi, 11 janvier 2018 dans les établissements scolaires de la commune urbaine de Faranah, a-t-on constaté sur place. L’organisation d’un meeting à la maison des jeunes de la ville dans le cadre de la promotion des actions réalisées par le président de la république par les jeunes du RPG-Arc-en-ciel serait à l’origine de l’arrêt des cours durant cette journée dans toutes les écoles de la ville. Cela en prélude aux élections locales prévues le 04 février prochain. Cette cérémonie a mobilisé tous les chefs d’établissement scolaires, les enseignants, les élèves du primaire à majorité, les autorités scolaires, les autorités régionales, préfectorales et communales.

En effet, tout a commencé la nuit du mercredi par un appel du directeur préfectoral de l’éducation de Faranah à la radio rurale locale à l’issue d’une invitation qu’il a bénéficiée de ce medium de proximité. Dans son intervention à la radio rurale locale, le directeur préfectoral de l’éducation de Faranah, Sayon Oularé dit Didi a donné l’information sur la tenue de cette cérémonie politique à toutes les écoles et sèrès que compte la commune urbaine de Faranah.

Dans sa communication, il a invité tous les enseignants surtout ceux du primaire à se mobiliser massivement pour vivre les temps forts de cette rencontre politique. Respectant les instructions de la première autorité scolaire de la préfecture, les chefs d’établissement ont fermé portes et fenêtres des écoles et les chargés de cours accompagnés de leurs élèves se sont dirigés à la maison des jeunes. Aucun cours n’a été tenu dans aucun établissement scolaire pré-universitaire de la ville. Une journée qui a été transformée en jour férié pour les enseignants et leurs élèves.

Par ailleurs, cette action a été condamnée par certains analystes politiques de la ville. Pour eux, la politique ne doit pas être associée à l’administration et à l’éducation surtout qu’un moment où les cours viennent d’être perturbés par la grève du syndicat des enseignants de Guinée.

Les observateues s’inquiètent si le programme d’enseignement de l’année pourrait finir avec ces arrêts brusques et inopportuns des cours pendant que dans d’autres écoles primaires du pays, des séances de rattrapage avaient été organisées à l’intention des élèves pendant les congés de Noël 2017.