Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Durée de la transition: Aliou Bah du MoDel craint un lendemain difficile

Les réactions au délai de 39 mois annoncé ce samedi soir pour la transition ne se sont pas attendre. Au compte de la classe politique, Aliou Bah du parti MoDel est parmi les premiers à réagir à la sortie du président de la transition dont l’adresse à la nation a été essentiellement consacrée au temps qu’il compte prendre pour un retour à l’ordre constitutionnel.

Dans une tribune reçue par Guineenews pour la circonstance, le président du Model ne semble pas surpris.   Intitulée  «La durée qui fera durer la transition en faisant oublier l’essentiel », cette dernière n’affiche pas une position catégorique. Mais, décrit une situation qui ne semble présager de bons augures.

A l’introduction, Aliou Bah déclare que «comme toujours, le sensationnel est ce qu’il y a de plus facile à créer dans le débat politique guinéen ». Et « qu’il a fallu simplement annoncer le nombre de mois de la transition pour qu’elle se réduise à des calculs de soustraction et d’addition».

Poursuivant, il rappelle «pourtant (que) dans ce type d’exercice, les questions de forme déterminent celles de fond ». Avant de s’interroger sur «le processus qui a fabriqué tous ces délais fantaisistes dont on se sert pour déterminer un choix dit “médian” » et  «la crédibilité des acteurs qui y ont été associés ».

En tout cas, soutient ce membre du FNDC politique, «dès lors que les autorités d’une transition ne peuvent pas être plus légitimes que les autres composantes de la nation, sa gestion doit être par essence consensuelle. Donc la définition de l’ensemble de ses étapes doit se faire dans un cadre approprié avec une inclusivité représentative».

Au contraire, dénonce-t-il, «un pilotage solitaire et arrogant aboutit au choix d’un délai. Malheureusement celui-ci focalise plus l’attention en oubliant qu’il n’y a même pas de garantie pour son exécution. Ceci est d’autant plus vrai que le prolongement du même délai peut se décider de la même manière que sa détermination selon l’agenda caché depuis le début».

Dans la même logique, le président du Model prévient que «le scénario de manipulation qui semble plutôt se dessiner, est de réduire le débat à ce délai pour créer des clivages au sein de l’opinion. Ensuite s’en servir pour financer les groupes de soutien à la transition comme à nos vieilles habitudes. Et pour cela les clients politiques et mouvements fantômes ne se feront pas rares».

Malheureusement, soupçonne-t-il, «la finalité est de créer des facteurs de blocage et de diversion pour justifier autant de reports souhaités ». Et de d’avertir que «cela nous apprendra à réduire nos émotions et à nous méfier des marionnettes à la solde du véritable chronogramme déjà ficelé dans l’obscurité».

Comme pour dire que le plus dur s’annonce pour la transition dont le délai tant attendu vient de naître avec une malformation congénitale.

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...
%d blogueurs aiment cette page :