Dubréka : Des prières et sacrifices organisés pour feu le général Lansana Conté

0

Le deuxième président de la République de Guinée, le général Lansana Conté a été rappelé à Dieu le 22 décembre 2008 après 24 ans de règne. Depuis, ses parents, amis et anciens collaborateurs initient tous les ans à Moussayah,  son village natal, un grand sacrifice en sa mémoire. Histoire de prier pour le repos de son âme et perpétuer ses œuvres.

Mais depuis l’année dernière, un autre grand ‘‘fidaou’’ est organisé au domicile où le défunt président de la République a passé l’essentiel de son adolescence, au centre-ville de la commune urbaine de Dubréka.

Une démarche que son principal initiateur, Elhadj Ibrahima Soumah, plus connu sous le petit nom d’Elhadj Daawa, justifie par sa volonté et celle de ses associés à ne point laisser le temps avoir raison de la concession qui était si chère au feu général de son vivant.

La cérémonie était placée sous la présidence d’honneur de l’ancien garde du corps de l’illustre disparu, le colonel David Sylla. Ceci, pour magnifier cet officier aujourd’hui à la retraite, mais qui a voué fidélité, loyauté, sincérité et respect à Lansana Conté, dit-on.

« Le président Lansana Conté avait l’habitude de nous fournir des denrées de toutes sortes pour en faire des déjeuners de rupture de jeûne pendant le mois de Ramadan. C’est pourquoi l’année dernière, nous avons décidé à notre tour de lui envoyer une pensée pieuse à travers l’organisation d’un grand sacrifice en sa mémoire qu’on compte pérenniser ici désormais », a expliqué Elhadj Daawa.

Par cette cérémonie, l’imam de la mosquée centrale de Dubréka, Elhadj Aboubacar Ousmane Conté réalise que le défunt n’est pas mort, mais qu’il a juste changé d’aire. Neveu du général Lansana Conté, Salifou Sylla dit Sokho, s’est réjoui de l’héritage laissé et qu’il est disposé à entretenir jusqu’à son dernier soupir à lui aussi.

Ce samedi marque le terme d’intenses moments de lecture du Saint Coran. Ce qui n’empêche nullement le sacrifice de Moussayah le 22 décembre courant. « Mais nous avons voulu dissocier cela du sacrifice de Moussayah pour éviter que notre geste souffre d’une certaine considération ».

Elhadj Sèkhouna Soumah, Fodé Bangoura, actuel président du PUP et Cheick Ahmed Camara, ancien ministre des Finances sous Conté, sont les grands absents. Mais de l’avis d’Elhadj Daawa Soumah, ils se sont tous excusés au regard de la charge de leurs agendas respectifs.

L’année dernière, ce sacrifice avait mobilisé les représentants de plusieurs coordinations régionales du pays. Et cette année, il a été auréolé par la lecture du Saint Coran, une conférence islamique, des cantiques ainsi que des prières et invocations pour le repos de l’âme de l’illustre disparu. C’était en présence des autorités religieuses venues de plusieurs villes du pays.