Dossier du 28 septembre: voici ce que le parti de Dr Faya réclame pour toutes les victimes

0

Dans une déclaration dont Guinéenews a reçu copie, le Bloc Libéral  (BL) de Dr Faya Millimono demande que justice soit rendue pour toutes les victimes des événements du 28 septembre 2009. Nous vous livrons l’intégralité de cette déclaration :

«Justice pour les Victimes du massacre du 28 Septembre 2009

Le Bloc Libéral (BL), qui tire son idéologie de la fibre politico-émotionnelle du PEUPLE de GUINEE, se joint aux patriotes pour commémorer la journée du 28 septembre 2017. Pour mémoire, cela fait 59 ans d’histoire depuis que  notre peuple s’est engagé à assumer son destin politique, le 28 septembre 1958. C’est donc une date unique pour la Guinée et son peuple sans distinctions régionale, confessionnelle ou partisane. Partant, le Bloc Libéral rend un hommage à tous les artisans, connus ou anonymes, de notre indépendance nationale. Cependant, la trame des évènements de la Guinée, à l’instar de celles des autres peuples, est parfois tissée de thèses et d’antithèses. C’est donc dans la dynamique de cette dialectique  inhérente à l’histoire que notre pays a enregistré la date fatidique du 28 septembre 2009 dans ses annales. En effet, le 28 septembre 2009 a été  le jour où l’exercice  collectif de la liberté d’expression et de rassemblement, tel que défini par notre constitution, a été soumis à sa plus difficile  épreuve: cette date  a été marquée à l’encre indélébile par l’assassinat de plus de cent cinquante de nos compatriotes. Pour rappel, ces Guinéens s’étaient rassemblés dans le stade pour y exprimer leurs opinions quant à leurs destinées politiques. Cet acte  barbare s’est passé dans le stade du 28 septembre, et à la date commémorative de notre indépendance. 

 Ainsi, le BL fidèle à la philosophie de « JUSTICE POUR TOUS »,  réclame l’équité pour toutes les victimes du 28 septembre 2009. Le parti affirme et confirme son soutien indéfectible aux parents des victimes de cet épisode obscur de notre histoire nationale. C’est pourquoi, le régime d’Alpha Condé, devrait une fois pour toute, traiter le dossier du « 28 septembre 2009 » qui semblerait épineux en maints égards. Comme le dit un dicton, repris par Martin Luther King, en 1963, « le retard de justice est équivalent au déni de justice ». Les victimes de cette barbarie ont droit à la justice.

 En conclusion, le 28 septembre demeurera une date de référence dans l’histoire de notre pays. De manière générale, il revient au régime actuel de préserver la dimension positive de cette auguste date. Cette préservation passe par le respect scrupuleux des principes sacrosaints de la démocratie en Guinée, dont notamment la pratique de l’Etat de droit.

 Fait à Conakry le 28 septembre, 2017

 

Le BLOC LIBERAL »