Détention de Joachim Baba en Prison: l’INDIH tape du poing sur la table

0

Le commissaire de la HAC Joachim Baba Millimono, en prison depuis plus de deux mois, reçoit un appui de taille pour sa libération. L’Institution nationale indépendante des droits humains (INDIH) considère que sa détention constitue une violation grave et particulière de ses droits et libertés.

En conséquence, l’INDIH demande au Procureur général près la Cour d’appel de Conakry d’ordonner la libération sans délai et inconditionnelle du sieur Joachim Baba Millimono. A défaut, Mondjour Chérif s’exposerait à toute poursuite conformément aux prérogatives conférées à l’institution en matière de protection de droits humains.

Condamné en première instance et en appel (le 23 janvier 2017) pour ‘’faux et usage de faux’’, Joachim Baba Millimono a bénéficié en octobre dernier d’un arrêt cassant la décision de la Cour d’appel. En dépit de cet arrêt en sa faveur, Joachim Baba Millimono a été interpellé et incarcéré alors qu’il avait porté plainte à une gendarmerie de la place.

« Monsieur Joachim est victime de détention arbitraire, en violation d’une rendue en bonne et due forme par la Cour suprême de notre pays. Par conséquent, je vous recommande d’intervenir afin qu’il soit rétabli dans ses droits », a par ailleurs écrit le président de l’INDIH, Mamady Kaba, au ministre de la Justice.

Nommé en 2015 comme membre de la Haute Autorité de la Communication (HAC), Joachim Baba Millimono sera poursuivi quelques mois plus tard pour avoir fourni des documents comportant deux dates de naissance différentes (1980 et 1986). Reconnu coupable en juin 2016 par le tribunal de première instance de Dixinn, sa condamnation sera confirmée en janvier 2017 par la Cour d’appel avant d’être annulée 10 mois plus tard par la Cour suprême. A la Cour d’appel, Millimono avait été réitéré être né en 1980 à Kindia – ce qui lui donne les 35 ans d’âge requis pour être commissaire à HAC.

Nous y reviendrons.