Desserte en électricité à Kankan : La fin des délestages n’est pas pour demain !

1

La fin de la distribution alternée de l’électricité promis en janvier dernier par le ministre Cheick Taliby Sylla aux populations de Kankan, après l’installation de 6 ‘’nouveaux’’ groupes électrogènes est loin d’être une réalité sur place. Les abonnés aux services de l’Electricité de Guinée (EDG) à Kankan, n’ont le courant qu’un jour sur deux pour les uns, un jour sur trois voire quatre pour les autres et pendant 6 heures (de 18 heures à minuit GMT).

C’est pour expliquer les raisons de cet échec et les dispositions envisagées pour répondre à la demande des populations que le coordinateur de la cellule de communication de l’EDG en mission dans la région, a rencontré le week-end dernier, les journalistes de Kankan à travers un point presse.

D’entrée de jeu, Madiou Diallo sans pour autant être précis dans le délai, a annoncé l’achat très prochain d’une nouvelle centrale thermique de 12 mégawatts pour Kankan. Selon M. Diallo, le processus de commande par la Direction Générale de l’EDG serait en cours.

Revenant sur la situation persistante du délestage du courant à Kankan, malgré l’envoi des 6 groupes de 6 mégawatts, le coordinateur de la cellule de communication de l’EDG a pointé du doigt à l’incompatibilité du don chinois à l’environnement d’une centrale. « Les moteurs chinois d’une capacité d’un mégawatt chacun, ne pouvaient pas alimenter les départs de plus d’un mégawatt. Et malheureusement, il fut impossible pour les techniciens de les synchroniser », a-t-il expliqué.

Aussi, les producteurs privés d’électricité à Kankan qui utiliseraient le réseau d’EDG sont accusés à tort ou à raison d’être à l’origine de graves pannes enregistrées sur les groupes électrogènes chinois.

Donc, après la non tenue de cette nième promesse du gouvernement Condé avec pour porte-voix, le ministre de l’Energie Cheick Taliby Sylla de sortir la ville de Kankan dans l’obscurité, les populations de Nabaya semblent être médusée. Elles attendent désormais de voir avant d’y croire, nous dit-on.

En tout cas, l’annonce de l’achat prochain d’une nouvelle centrale pour la ville de Kankan ne semble faire ni chaud ni froid les populations.