Délestages : La désespérante annonce du ministre de l’Energie sur Kaléta

0

 «Pendant la saison sèche, Kaléta ne peut donner que 33 mégawatts… et pendant la journée, il ne fonctionne pas…»

Suite aux nombreux et persistants délestages du courant qui continuent de plonger la capitale Conakry dans le noir, le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique, Dr Cheick Taliby Sylla a conféré ce lundi 8 janvier 2018 avec la presse nationale. Objectif, expliquer aux journalistes les raisons de cette grave perturbation enregistrée dans la production et la desserte de l’électricité dans les ménages.

A cette occasion, le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique a déclaré que le barrage hydroélectrique Kaléta est à l’arrêt pendant toute la journée. Avec une capacité de 240 mégawatts, ce barrage ne produit que 110 avec une assistance du barrage Garafiri. Dr Taliby Sylla avait à ses côtés l’administrateur général de l’Electricité de Guinée (EDG).

Sur la question du fonctionnement actuel du barrage Kaléta en cette période qualifiée d’étiage, le ministre Sylla a répondu ceci : «pendant la saison sèche, Kaléta ne peut donner que 33 mégawatts. Nous avons réfléchi… et nous avons fait une simulation. Garafiri a une retenue d’eau, Kaléta n’en a pas… Il y a combien de kilomètres entre les deux, les lâchées d’eau à partir de Garafiri prennent combien de temps pour arriver à Kaléta. Nous avons trouvé que Garafiri peut alimenter Kaléta… Pendant la journée, le barrage Kaléta ne fonctionne pas, c’est Garafiri qui envoie l’eau qui est accumulée jusqu’à ce qu’elle arrive à la côte 110 pour ne pas provoquer la cavitation. Et dès que cela est fait, l’EDG appelle Kaléta qui envoie le courant à partir de 18 heures. Un moment où la demande est accrue de Conakry jusqu’à Labé. Quand on venait de lancer le barrage Kaléta, 80 mégawatts seulement permettaient d’alimenter tout Conakry. Aujourd’hui, à partir de 18 heures, nous sommes face à une demande de 345 mégawatts, les consommations ont considérablement augmentées. C’est pourquoi, ces 110 mégawatts tiennent jusqu’à zéro heures et à partir de cette heure, nous commençons à accumuler de l’eau pour avoir les 110 afin de reprendre dès 18 heures. Aujourd’hui, sur 75 mégawatts de Garafiri, nous n’avons que 40 et sur 240 mégawatts du barrage Kaléta, nous avons que 110 mégawatts. Nous corrigeons ce déficit à travers les centrales thermiques », a-t-il expliqué.