Délestages de courant : Dalein accuse Alpha Condé et amis

3

Les pénuries de courant électrique ont repris de plus belle à Conakry. Cette situation, officiellement, pourrait s’expliquer par le manque d’eau dans les barrages d’hydroélectrique, notamment celui de Kaleta, mais aussi le non-paiement des factures par les consommateurs.

A l’occasion de l’assemblée générale de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de ce samedi 6 janvier 2018, Cellou Dalein Diallo a apporté  certaines explications techniques qu’il estime être à l’origine des coupures intempestives du courant électrique.

Pour le président de l’UFDG, s’il y a des coupures, c’est d’abord parce que le marché de fourniture du courant à EDG est donné à des amis qui revendent cher cette énergie. «Aujourd’hui, vous avez des coupures de courant. Je vais vous expliquer techniquement pourquoi il n’y a pas de courant.  C’est la mauvaise gouvernance. Nous avons aujourd’hui 570 Mégawatts de capacité installées dont 200 mille de thermiques. Mais il (Alpha Condé, ndlr) a attribué la production thermique à ses amis. C’était K-Energie, aujourd’hui c’est AEN, les amis mauritaniens, Mory Diané. Il leur a donné le marché de fournir de l’électricité à EDG. Mais ils ont fixé des prix. Eux ils vendent l’énergie à 3000 GNF le kilowattheure à EDG. EDG n’a pas participé aux négociations, le ministre de l’Energie non plus. Alpha Condé a décidé de donner à ses amis mauritaniens, à K-Energie et à Mory Diané. Et puis, le prix est fixé à l’avance. Mais aucun Guinéen ne peut acheter le kilowattheure à 3000 GNF. »

Récemment, la ministre de l’Economie et des Finances, Malado Kaba a indiqué que les recettes recouvrées ne compensent pas les dépenses de la production du courant. C’est ce qu’a expliqué aussi Cellou Dalein Diallo. « Actuellement, EDG facture en moyenne 1000 GNF le kilowattheure. Alors, les autres produisent et vendent à 3000 GNF et EDG facture aux consommateurs à 1000 GNF. Qui paie la différence ? C’est les finances. Alors, ils disent maintenant qu’il faut augmenter le tarif. Mais en augmentant, aucun industriel ne va payer. Je vous ai dit que l’Etat à le devoir de rendre disponible l’électricité, mais il a aussi le devoir de la rendre accessible. Elle n’est pas accessible. Vous achetez à 3000 GNF pour enrichir vos amis et l’acheteur ne peut pas négocier. Tout le monde sait que ce sont les amis d’Alpha. Personne ne peut discuter. Il y a 200 mégawatts qui sont fournis par des privés auxquels il a attribués des marchés de gré à gré. EDG doit nécessairement payé, mais elle n’a pas les moyens, puisqu’elle facture les consommateurs à 1000 GNF. Maintenant, dans le contexte actuel, 60% de l’énergie doit être produite par ces fournisseurs privés parce qu’au niveau des barrages, le niveau d’eau a fortement baissé. Mais pour qu’ils produisent, il faut qu’ils soient payés pour payer les fournisseurs du carburant. Mais EDG n’a pas les moyens. Alors comment fait-on ? Mais on ne cherche pas la cause. La cause c’est l’octroi des marchés de gré à gré à des sociétés privées qui sont détenues par des amis du président de la République et personne n’ose discuter. Tout le monde doit s’incliner et payer. Et aujourd’hui on ne peut pas acheter le carburant, EDG ne peut pas payer, au niveau des finances. C’est difficile d’y faire face. Donc, on a des capacités installées, on a des conventions, mais pour faire tourner les machines, il faut que les fournisseurs privés soient payés. On n’aura pas d’électricité. Il y aura des coupures intempestives. C’est ça la réalité. EDG ne peut pas payer les autres et ces derniers que s’ils ne sont pas payés ils ne peuvent pas acheter le carburant et on ne peut pas facturer au consommateur plus de 1000 GNF. On a dit d’augmenter le prix de l’électricité à 60% pour les industriels. Ceux-ci se sont retrouvés et ont dit qu’ils vont fermer et licencier les travailleurs parce qu’ils ne peuvent pas acheter l’énergie à ce prix. C’est un problème simple, parce que les prix ne sont pas fixés sur la base des considérations économiques. Donc attendez-vous, d’ici au moins de juin, à ce qu’il y ait beaucoup de coupures d’électricité. »

Comme l’a annoncé EDG, le chef de file de l’opposition affirme que le barrage hydroélectrique de Kaleta ne peut pas fournir du courant en quantité suffisante à cause de l’étiage. Mais il dénonce la cherté du courant que produit par Kaleta : « Le niveau d’eau a baissé. Actuellement Kaleta ne peut pas fournir. Le prix du kilowatt produit par Kaleta c’est 940 GNF, mais  c’est parce qu’il y a eu surfacturation. Il y a eu la corruption. Kaleta a été réalisé au double du prix normal. Sinon, il y aurait produit à 500 GNF le kilowattheure. »

 

 

  • Kamara

    Dalein ait le courage de dire la vérité, toi qui a osé de dire devant Mr Dadis que toi et ton gouvernement vous avez investit plus de 500 millions de dollars dans l’affaire de courant et que ça n’a pas marcher. Quel leçon tu prétend donner aux gens en Guinée et de surcroît avec quel parcours. Rien que la loi BOT ce montant pouvait contribuer à réaliser au moins deux grands barrages en Guinée, du n’importe quoi.

  • VOYONS bien la consommation d’une simple ampoule de 50W qui reste allumée 6H/Jour;l’energie consommée sera à peu de chose près 0.3Wh.
    9000Wh/mois pour 9000FG pour UN millier d ampoule c’est assez CHERS pour la majorité nos parents.
    pour que tout le monde puisse profiter du dessert de l’électricité à conakry ou dans les regions il faudrait que l’état fixe UN barème du prix du kwh à partir de la consommation des ampoules VENDUES sur le marché .
    Je suis en total accord avec mr CELLOU,l’heure de privatisation d’une partie de ce secteur n’est pas une solution profitable pour le pays POUR AUTANT ,je suis confiant que les promesses seront
    tenues par le PROF,les yeux de l’Afrique sont tournés vers la GUINÉE.

  • CONDÉ ABOU

    L’analyse du prix de l’électricité en Guinée faite par le Président de l’UFDG ne souffre d’aucun doute. Elle correspond exactement à la réalité de la gestion de l’entreprise publique EDG.

    Tous les comptes du bilan, de l’exploitation, de la trésorerie et de l’investissement de l’entreprise EDG confirment la totalité des conclusions du Président de l’UFDG, El Hadj Cellou Dalein Diallo.

    Ce n’est pas du tout de la désinformation politicienne de la part d’El Hadj Cellou Dalein Diallo. Ses chiffres sont incontestables et servent à éclairer la lanterne de l’ensemble du Peuple de Guinée.

    Avant lui, ce sont les Inspecteurs du Ministère de l’Economie et de Finances qui l’ont écrit noir sur blanc. Ce n’est donc pas une révélation sortie des nuages, mais des chiffres fondés sur la réalité de la gestion de EDG !

    Cette entreprise qui croule sous des dettes abyssales est vouée à l’échec. Même si vous y ajoutez le barrage de Souapiti, la logique économqiue actuelle de la gestion de EDG et des autres entreprises publiques ou parapubliques est la même et elle conduira doit au mur.

    Le pire est à venir malheureusement. Lorsque que l’on dit que dans le secteur minier, les investisseurs privés internationaux sont en train d’investir des milliards de Dollars US et que la porte est ouverte pour que les Guinéens entrent dans le capital de ces nouveaux projets miniers, c’est vers la même logique que l’on se dirige.

    Comment ? D’abord quels sont les Guinéens qui y entreront et quels secteurs et branches d’activité de l’industrie minière sont visés ?

    Ce sont les mêmes groupes d’intérêts et c’est le secteur du transport (maritime et terrestre) et de la logistique de ces compagnies minières et qui sont en réalité les plus juteux et créateurs de profits au niveau des comptes d’exploitation.

    Pour s’en convaincre, il est important de rappeler que tout a été tenté avec la CBG, mais les actionnaires de la CBG ont toujours dit niet, et qu’il n’était pas question de toucher à ce qui a fonctionné normalement depuis plus de 40 ans dans leur Compagnie !

    Maintenant pour faire passer la pillule dans les nouvelles compagnies minières, l’on promet d’ouvrir leur capital et de faire une croissance économqiue à deux chiffres en Guinée, comme si le taux de croissance se mangeait !

    Le Peuple de Guinée croule sous la misère et la perte du pouvoir d’achat, le chômage massif des jeunes et femmes, et puis voilà les fables qu’on lui vend.

    Tout le fond du problème dans la course vers les mines de bauxite, porte sur l’accaparement par des groupes d’intérêts des branches d’activité du transport du fret maritime et terrestre et l’ensemble de la logistique qui rapporte vingt fois plus gros dans la chaine de valeurs de l’industrie des mines de bauxite.

    Ce qu’ils n’ont pas eu avec la CBG, c’est ce qui est actuellement visé dans les mines de bauxite en construction avec les Chinois et les Émiratis.

    Voici pourquoi, même quand on annonce prématurément la production annuelle de 60 millions de tonnes de bauxite à partir de 2020, la bauxite n’apportera absolument rien du tout à l’écrasante majorité de la population Guinéenne.

    Et voilà le plan obscur qui explique l’acharnement et la course vers les mines de bauxite avec les Chinois et les investisseurs Emiratis.

    Tôt ou tard ce Plan sortira du bois, et vous comprendrez ce qui est en train de se tramer pour la Nation.

    Ceci dit, tout le monde connait l’adage qui dit que l’homme propose, et Dieu dispose.
    Il faut être stupide et aller au suicide pour croire que Dieu laissera le Peuple de Guinée dans la malédiction des richesses naturelles que Dieu lui-même lui a données. Wait and see.
    Le temps est l’autre nom du Créateur. La suite on la verra, si Dieu le veut.