Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

Dalein sur le dialogue : « nous ne pouvons pas dialoguer le couteau à la gorge… »

Le leader de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo a fait quelques commentaires ce mercredi 14 juillet sur sa participation au dialogue politique. C’était à l’occasion de la signature d’une alliance politique appelée ANAD à la tête de laquelle il a été porté pour un mandat d’un an, renouvelable une seule fois. Lisez !

« Le dialogue, notre position dans ce contexte, nous ne pouvons pas dialoguer le couteau à la gorge. Notre victoire est volée, nous avons perdu 51 personnes, nous avons des prisonniers y compris mes proches collaborateurs. Nos bureaux et notre siège sont fermés par l’armée depuis le 19 octobre 2020. Nos droits et libertés de voyager, mon épouse et moi y compris mes collaborateurs sont confisqués. Si nous partons au dialogue, c’est une façon pour Alpha Condé d’appliquer sa théorie, ils vont demander pardon, aidez-nous à récupérer nos voix et il va dire que c’est sur cette base que j’ai fait des concessions. Nous n’irons pas au dialogue dans cette condition. Et si on doit aller au dialogue, on s’interdit même de commenter ni le cadre ni la condition. Si nos droits et libertés sont restitués ainsi que ceux de nos compatriotes, on fera des propositions s’il y a lieu mais, pour l’instant, nous n’avons rien à faire (…) Le dialogue, c’est pour faire face à une crise conjoncturelle alors que la réconciliation est un processus. Alpha Condé avait investi l’archevêque monseigneur Vincent Koulibaly et le grand Imam de Conakry Elhadj Mamadou Saliou Camara de réfléchir sur la réconciliation nationale. Les religieux étaient appuyés par le Système des Nations-Unies. Ils ont voyagé un peu partout en Afrique et dans le monde. Ces religieux ont fait un rapport pertinent et des recommandations qu’Alpha Condé a mis dans les tiroirs. Il s’agit de lire les pages douloureuses de notre histoire pour les tourner. Il s’agit de restituer le droit, le droit à la vérité, le droit à la justice, le droit à la réparation et la garantie de non répétition. Mais Alpha Condé n’en veut pas (…) »

vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...