Culture : la journée mondiale de la langue arabe célébrée à Conakry

0

Depuis plusieurs années, l’humanité célèbre la journée internationale de la langue arabe, le 18 décembre de chaque année. Une date commémorant la reconnaissance de la langue arabe comme sixième langue officielle de l’Organisation des Nations Unies (ONU). En Guinée, les promoteurs de cette langue se sont réunis ce lundi, 18 décembre 2017 au centre islamique de Donka pour marquer l’évènement.

Sous les couleurs de Conakry Capitale Mondiale du Livre (CCML), cette célébration est une initiative du Secrétariat général des affaires religieuses en collaboration avec le Département de langue et civilisation arabe de l’Université de Sonfonia et l’Organisation islamique pour l’éducation, les Sciences et la culture (ISESCO).

« Célébrons la langue arabe. Une belle langue », s’exclame le Commissaire général CCML, Sansy Kaba Diakité dès sa prise de parole. Plus loin, il a mis l’occasion à profit pour souhaiter une joyeuse fête à tous les pratiquants de la langue arabe avant d’inviter les maisons d’éditions à valoriser les œuvres des promoteurs de cette langue. « Les érudits du Fouta, de Kankan, de Beyla et toute la Guinée doivent être valorisés. Ils ont écrits, fait des poèmes et nous devons mettre de la lumière sur ces œuvres. Au monde arabophone, les huit maisons de la Guinée sont à votre disposition pour faire connaitre vos ouvrages. Ecrivez sur la politique, l’économie, les sciences, sur le quotidien du Guinéen et les maisons d’éditions se chargeront de valoriser et diffuser ces publications », a-t-il indiqué.

Prenant la parole, le chef de Département de langue et civilisation arabe de l’Université de Sonfonia, M’Bemba Soumah a tout d’abord fait savoir la place que la langue arabe occupe dans le monde. A l’en croire, cette langue serait utilisée par plus de 422 millions d’habitants et fait partie des 7 langues les plus parlées au monde. Invitant plus de citoyens à s’intéresser désormais à cette journée célébrée depuis deux ans seulement en Guinée par son département, il a laissé entendre que la célébration va se poursuivre au sein de son université à travers une conférence dédiée à un érudit nommé Thierno Aliou Bhoubha N’Diyan, ancien chef de district de Labé-N’Duyeebhè.

Plusieurs autres personnalités à l’occurrence le Secrétaire général des affaires religieuses, Aly Jamal Bangoura, les représentants de l’ISESCO, des Emirats Arabes Unis et de l’Ambassade d’Algérie ainsi que du Conseiller diplomatique du chef d’Etat, Koutoubou Sanoh, ont tous, tour à tour, exprimés leurs satisfactions quant au rayonnement de l’une des plus anciennes langues sémitiques. Pour Koutoubou Sanoh, cette langue est très importante pour les Guinéens dans la mesure où  c’est la langue du coran et le pays regorge de nombreux musulmans. « La prière ne peut se faire sans maîtriser et apprendre certaines sourates. Au moins, tout musulman connait la Fatiyah », dit-il.

A noter que cette journée a été également consacrée à la présentation de la littérature arabe, à la visite des stands disposant de manuscrits et poèmes écrits en arabe et à la reconnaissance des promoteurs de la langue arabe en Guinée.