Culture : la communauté Baga réclame son droit de propriété sur le masque «Nimba»

24 janvier 2018 14:14:59
0

Déesse de la fécondité et de la fertilité des champs en pays Baga, le masque D’mba revêt une importance de premier plan pour ce peuple qui réclame sa paternité. Or, ce busque notamment dans son appellation, souffre d’une grande déformation qui donne comme l’impression qu’on ferait allusion aux monts Nimba en région forestière. Puisque son nom est désormais répertorié dans les annales de l’histoire sous le «Nimba».

C’est pour rectifier à la fois cette ‘‘dérive’’ et annoncer les couleurs de la première édition du Festival D’mba et arts Baga que des membres de la communauté Baga ont animé une conférence de presse mercredi 24 janvier 2018 à Conakry.

Selon le Vice-président du Secrétariat exécutif pour la valorisation du masque d’épaule, Alpha Yaya Bangoura, ce busque, outre son statut de déesse de procréation, s’utilise pour des cérémonies bien précises, notamment les rites funéraires, les fêtes et autres cérémonies de réjouissance.

Cependant, le D’mba est aujourd’hui exposé et même vendu aux enchères dans des grands musées à travers le monde. Une réalité que la communauté conceptrice de la chose regrette fermement.

Le busque est aussi représenté sur les billets de 100 francs guinéens. Ceci implique en principe qu’un quota soit reversé à la communauté qui en est la conceptrice. La question a été sur la table au temps du Premier ministre Mohamed Saïd Fofana. Hélas ! La promesse des autorités peine à se matérialiser jusque-là.

S’agissant de la première édition du Festival D’mba et arts Baga, les conférenciers l’ont annoncée pour les 30 et 31 janvier 2018 à Katako, dans la sous-préfecture de Bintimodia, à Boké. A en croire M. Bangoura, cet événement placé sous la présidence d’honneur du président Alpha Condé, protecteur des Arts et des Lettres regroupera 23 districts du Bagataye.

« Dans une saine émulation, chaque village s’évertuera à présenter des danses Baga et dans des stands d’exposition des objets d’arts, de la sculpture, de la poterie, de la vannerie, de la parure typiquement Baga en parade, de la pêche, de l’artisanat, du grimper pour extraire du vin de palme et la coupe du régime de palme, etc. », égrène-t-on comme menu.

« Il y aura également des conférences-débats sur le peuplement Baga, le masque D’mba, objet de convoitise et d’un commerce illicite florissant depuis 1930 et l’inscription du D’mba au patrimoine mondial de l’Unesco », poursuivent les conférenciers.

Des prix d’encouragements sont aussi annoncés pour les trois villages désignés par un jury constitué à cet effet. A terme, la tenue de cette première édition du Festival D’mba et arts Baga devrait déboucher sur la construction d’un musée.

Le Baga est un ensemble de sous-groupements établis le long des côtes guinéennes. La plus grande communauté se rencontre au Bagataye, ou pays Baga, notamment à Boffa, Boké et Kamsar, entre autres. Le peuple Baga occupe également de nombreuses îles de la Basse-Guinée, tels que les Îles de Loos au large de Conakry.