Dernières Nouvelles de la Guinée par les Guinéens

CR de konsotami/Télimélé: un quadragénaire met fin à la vie de sa femme

Cultivateur de profession, Boubacar Diallo,  a mis un terme à la vie de sa femme, Fatoumata Doumbouya, ménagère  âgée de 48 ans après une altercation nocturne assortie des coups et blessures. Le drame a eu lieu dans la nuit du mardi 19 octobre 2021 aux environs de minuit dans le village de Dara garankébhé, localité relevant de la commune rurale de Konsotami située à 82 kilomètres du chef-lieu de la préfecture de Télimélé.

D’après des sources sécuritaires et familiales recueillies après ce drame d’une extrême cruauté, le couple n’était plus en odeur de sainteté depuis une dizaine de jours. Une situation qui a conduit la malheureuse dame à changer de chambre.
Sur les circonstances de l’interpellation du présumé auteur, le commandant de la gendarmerie départementale de Télimélé, le colonel Tafsir thiam explique : « C’est le mercredi dernier dans la matinée que j’ai été saisi par la brigade de la gendarmerie territoriale de Konsotami pour me faire part de ce cas de meurtre. Aussitôt, j’ai  donné instruction  de mettre main sur le présumé auteur et le conduire à Télimélé ville pour éviter que la colère des citoyens ne s’abatte sur lui et la destruction du poste de la gendarmerie. Arrivée dans nos locaux et soumis à l’interrogatoire, l’auteur du drame, Boubacar Diallo a avoué les faits tout en disant que ce n’est pas volontaire. Actuellement, il est détenu à la prison civile en attendant son jugement« .
Mais comment dame Fatoumata Doumbouya a-t-elle perdu sa vie ? Le commandant de la gendarmerie poursuit : « Lorsqu’on l’a soumis à l’interrogatoire, il nous a fait comprendre que tard dans la nuit  de ce mardi, il est allé rejoindre sa femme dans la chambre où elle dormait mais que cette dernière n’a pas voulu coopérer. Après une première altercation, elle a réussi à s’échapper et à sortir dehors.
Pourchassée, il l’a administrée un violent coup à la mâchoire avant de la pousser violemment. C’est ainsi qu’elle est tombée au sol et sa tête a heurté une marmite qui a scellé son sort. Par la suite, il est allé informé son voisinage lequel est venu trouvé déjà un corps sans vie« .
Ce nouveau cas de meurtre vient relancer la problématique de la gestion des foyers conjugaux où des femmes impuissantes sont soumises à des violences  et des corvées de toutes sortes malgré l’implication des organisations de défense des droits des femmes et de l’action sociale.
vous pourriez aussi aimer
commentaires
Loading...