Conakry : L’avocat de Soumah et cie réagit après le dépôt du document du SLECG à la gendarmerie

30 janvier 2018 3:03:33
0

Après avoir accompagné son client, le syndicaliste Aboubacar Soumah qui a déposé lundi 29 janvier à la gendarmerie régionale de Dixinn son document relatif au règlement intérieur du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), l’avocat Me Salif Béavogui a déclaré qu’il est à côté de Soumah pour assurer sa défense et qu’il y restera jusqu’à la fin de l’enquête, a-t-on constaté.

Depuis le début de cette affaire, a fait comprendre Me Salif Béavogui, son client M. Soumah s’est bien défendu et par la force de ses arguments, qu’il s’est rendu compte que c’est une affaire syndicale qui aurait pu être réglée par le Tribunal du Travail.

Poursuivant, Me Béa a promis qu’il va se battre pour éviter l’injustice et l’arbitraire afin que la force reste à la loi.

« Nous venons de déposer la pièce demandée par les Officiers de Police Judiciaire (OPJ). Je voudrais à cette occasion dire que l’instruction en phase d’enquête policière est secrète. Mon client, le syndicaliste Aboubacar Soumah vient de camper le visage de l’affaire. Moi je suis à ses côtés pour assurer sa défense et j’y serai jusqu’à la fin de l’enquête. Evidemment, avec quelques petites difficultés, mais nous sommes en train de nous battre pour l’établissement d’un Etat de droit et pour la primauté du droit tout en évitant l’injustice. Il faut ici saluer Aboubacar Soumah qui a accepté en tant que citoyen libre de répondre à la convocation de la gendarmerie pour se défendre. Je pense que jusque-là, il est en train de se défendre avec beaucoup d’intelligence et avec tous les arguments possibles. A la lumière de son argumentation, je me rends compte que c’est un conflit entre syndicalistes, c’est une affaire qui aurait même dû être réglée par le Tribunal du Travail. Mais de toutes les façons, nous restons derrière l’enquête et nous pensons que force restera à la loi », a-t-il expliqué.