Communales: Sidya Touré vote et alerte sur des manquements au scrutin

0

Le président de l’Union des Forces Républicaines (UFR), l’ancien Premier ministre Sidya Touré a voté cet après-midi à Conakry du dimanche 4 février au bureau de vote Saifoulaye II, au quartier Minière où il a mis l’occasion à profit pour dénoncer des manquements au processus électoral en Guinée, mais surtout à l’ingérence de l’administration publique dans ces élections de proximité.

D’entrée de jeu, Sidya Touré a relevé le manque d’engouement dans son bureau de vote: «écoutez, je suis dans un bureau de vote où il n’y a pas foule. Donc comme vous l’avez vu, cela s’est passé très rapidement, on n’a même pas besoin de faire la queue. Maintenant, dans les autres communes, surtout où il y a une plus grande population, c’est là qu’on doit apprécier si les choses se passent de manière correcte. Et là, depuis le matin, nous avons un certain nombre de problèmes que nous sommes en train de résoudre notamment en ce qui concerne les bureaux de vote, les problèmes d’encre, mais surtout la présence aussi dès fois de deux délégués d’un même parti politique ainsi que le vote des militaires à Kaloum. On a des problèmes de procuration. On a des questions de ce genre que nous suivons et que nous essayons de résoudre au fur et à mesure ».

Le président de l’UFR espère que la transparence marquera le déroulement de ces élections d’une importance capitale pour le développement à la base : «nous voulons arriver au fait que nous espérons que ces élections doivent être les plus transparentes possibles. Ce sont des élections locales, normalement les électeurs votent pour quelqu’un qu’ils estiment être en mesure de les aider à régler les problèmes de tous les jours.»

Sidya Touré a, pour finir, dénoncé les manquements constatés ça et là sur le terrain. «Il y a beaucoup de choses qui se passent sur le terrain. Nous avons, au début, eu quelques problèmes pour démarrer les bureaux de vote comme c’est inhérent à tout processus électoral. Par contre, nous avons par exemple, à Moussayah (Forécariah ndlr) un président de quartier qu’on a attrapé avec beaucoup de bulletins noirs. On a des cas à Kaloum où vous avez plusieurs représentants d’un même parti politique qui veulent être dans les bureaux de vote ou des gens de l’administration qui sont avec des badges de la CENI. On a entendu le cas d’un Sous-préfet qui change des bulletins dans les bureaux de vote.  Nous avons des problèmes de ce genre que nous essayons de régler au fur et à mesure avec la CENI. Nous savons que les processus électoraux en Guinée souffrent de beaucoup de manquements, nous essayons d’y veiller, nous surveillons. Tout ce que nous avons annoncé durant ces 24 heures. Nous suivons ville par ville, quartier par quartier, le comportement des chefs de quartiers et des fois, malheureusement, de l’administration qui n’a rien à faire dans ce processus», regrette le président de l’Union des Forces Républicaines.