Communales : Accusée d’orchestrer une mascarade électorale par le PEDN, la CENI récuse et accuse

0

« S’ils ont perdu le nord, je crois qu’ils doivent le reprendre d’une autre manière que de discréditer le travail de la CENI…»

Dans l’émission les grandes gueules de ce vendredi 12 janvier 2018, le porte parole du PEDN Faya François Bruno soutient que la CENI est en train d’installer des bureaux de vote fictifs dans certaines circonscriptions du pays avant de faire ressortir certaines dysfonctionnements dans le processus électoral en cours. Des accusations que réfute la commission électorale nationale indépendante (CENI).

Dans un entretien que Guinéenews© a eu avec le directeur des opérations de la CENI, Etienne Soropogui, a apporté un démenti aux propos du chargé de communication du PEDN. Selon lui, les propos tenus par François Bruno sont infondés.

« On n’a pas envie de répondre à Paul et à Pierre ou aux interventions d’une entité ou d’une autre ; ce n’est pas notre vocation mais, il est important d’apporter des éclaircissements. On dit encore qu’aujourd’hui que la CENI est en train de recevoir certaines déclarations de candidatures. Je crois honnêtement, on est en train de lancer la production des bulletins de vote comment est-ce qu’on peut en même temps qu’on lance la production des bulletins de vote continuer à recevoir des candidatures ? Honnêtement, il faut que les Guinéens soient un peu plus grands que cela et arrêter de dire des propos du genre parce que c’est totalement contraire à la réalité. Ceux qui s’adonnent à des exercices de médias pour apporter des discrédits au travail que fait la CENI, doivent arrêter parce que ce n’est pas responsable. S’ils ont perdu le nord, je crois qu’ils doivent le reprendre d’une autre manière ; ça permet à ce que la Guinée retrouve une certaine maturité qu’on recherche », a déclaré Etienne Soropogui.

« Dans certaines circonscriptions électorales, il n’y a qu’une seule liste de candidature », affirme le porte-parole du PEDN. Sur ce, Etienne Soropogui précise que « cette situation n’entrave en rien la crédibilité du scrutin ».

« Nous avons aujourd’hui quatre préfectures où il y a qu’une seule candidature exprimée. Aucune disposition du code électorale n’interdit d’organiser des élections dans une circonscription où il y a qu’une seule candidature. Les candidats vous dirons, ils n’ont été empêchés nulle part par la CENI de faire acte de candidature », précise-t-il.

« Le délai du 04 février sera respecté et des élections libres transparentes et reconnues de tous seront organisées par la commission électorale nationale indépendante », rassure le directeur du département des opérations de l’institution.

A noter qu’environ 15 mille 475 bureaux de vote seront installés à travers le pays pour les élections communales.