Communales 2018: les responsables de l’UFR de Labé à couteaux tirés

1

Plus rien ne va entre les membres du Comité Fédéral de l’Union des Forces Républicaines de Labé et le Bureau Politique National basé à Conakry. Et pour cause, le choix du candidat devant représenter le parti aux prochaines élections communales fait l’objet de vive divergence. Depuis deux semaines, les responsables locaux de l’UFR n’arrivent pas à s’accorder sur le nom de la personne qui devra conduire la liste du parti aux élections communales. Le parti de l’ancien Premier Sidya Touré est actuellement en proie à des frustrations, à la colère et aux menaces à Labé. L’heure n’est plus à l’entente et à l’union.

Élaborée à plusieurs reprises, la composition finale de la liste de candidature a complètement divisé, d’une part, les membres du Bureau Fédéral de Labé,  entre les responsables de cette fédération et ceux du Bureau Exécutif national, d’autre part. Ayant été écarté de la tête de liste, Morou Sow, le porte-parole et chargé de la communication du comité fédéral UFR Labé laisse exploser sa colère.

« Ce n’est pas une liste présentée par l’UFR… Je parle au nom d’El Hadj Ousmane Barry Bendekouré. Le Secrétaire fédéral de l’UFR Labé et non à mon nom propre. On a fait une première réunion et nous avons choisi des personnes devant composer notre liste. Cette liste était dirigée par Madame Fanta Diakhaby. Quelque temps après, cette dernière nous a signifiés qu’elle doit impérativement rejoindre le RPG Arc-en-ciel. Ainsi nous avions convenus de refaire la liste. Ce qui fut fait. On a réussi à meubler la liste et il ne restait que le nom de celui qui sera  à la tête… Et j’ai été désigné à l’unanimité lors d’une réunion du comité fédéral, comme tête de liste. Ce que j’ai accepté. Mais contre toute attente, on  convoque une autre réunion au cours de laquelle certains ont soutenu que je ne suis pas de Labé et que je dois céder la place à un natif. Le dossier fut confié à Mr Soumah, le chargé des élections. À notre fort étonnement, ils ont tout changé en nous annonçant que désormais c’est Mamadou Dian Mairie qui est la tête de liste. Alors que celui-ci n’est même pas membre du parti. Il a été importé juste pour la circonstance. Moi, on me proposé la deuxième place. Pourquoi? J’ai refusé cette proposition. Les gens ne peuvent pas se battre pendant plus de 15 ans et qu’une autre personne vienne s’asseoir alors qu’elle n’est pas membre du parti, elle n’a jamais assisté aux réunions du parti. Mamadou Dian prend la tête de liste parce qu’un groupuscule le soutient. Ce n’est pas possible. Même si je ne suis pas tête de liste, qu’on permette au moins à un membre de diriger la liste. Voilà le problème La liste qui a été validée par la CEPI n’a pas été signée par le secrétaire fédéral. Aucun membre du bureau fédéral n’y figure »,  dénonce Morou Sow le porte-parole et chargé de la communication du comité fédéral UFR Labé.

Accusé d’être le responsable de cette magouille, Mohamed Bobo Bah, le responsable de la jeunesse et membre du Bureau National de l’UFR, réplique en ces termes : « la première liste sur laquelle monsieur Morou Sow a été désigné tête de liste, même moi en tant que membre du bureau politique nationale, je n’étais pas informé. En plus, la deuxième personnalité de cette liste avait au moins les 80 ans. Donc, on s’est dit comment les gens ont composé cette liste? Voilà pourquoi on s’est opposé farouchement. Nous voulons une liste consensuelle sur laquelle les jeunes se retrouvent afin qu’ils puissent faire quelque chose pour Labé. Et laissez-moi vous dire que je ne suis pas le seul membre du comité fédéral figurant sur la nouvelle liste. On est plus de cinq. On n’a importé personne, vous savez au sein des partis politiques il y a des personnes qui aiment le parti mais qui ne s’affichent pas. Donc, c’est une personne qui aime l’UFR, qui ne venait pas aux réunions qui a été choisie comme tête de liste du parti à Labé.»

Joint par téléphone, Chaïkou Yaya Barry, membre du Bureau Politique National de l’UFR et coordinateur de la Moyenne Guinée, se veut clair : «une seule liste a été validée à la CEPI au nom du parti. C’est cette liste qui a été présentée par le parti. Je vous parle en tant que membre du conseil politique du parti et membre du bureau exécutif du parti mais aussi coordinateur de la moyenne Guinée. Si la fédération vous parle d’une crise, c’est leur affaire… Moi, je vous dis qu’il n’y a aucune crise. Le parti est structuré, si le fédéral va à l’encontre de la décision du parti, ça veut dire qu’il ne compte pas pour le parti. La décision de qui doit représenter le parti revient à la présidence du parti.»

Aux dernières nouvelles, le divorce semble consommé entre le Bureau Fédéral de l’UFR Labé et le Bureau National. À noter que l’UFR de Sidya Touré est en coalition avec le BL de Faya Milimono pour ce qui est de la commune urbaine de Labé.

Affaire à suivre !

  • CONDÉ ABOU

    C’est un grave dysfonctionnement de la démocratie et qui se retrouve un peu partout au sein des Partis politiques en Guinée. Les choix controversés des candidats, aboutit inutilement aux frustrations et à des guerres de tranchées internes.

    Il aurait suffit tout simplement que tous les grands Partis politiques organisent un système de choix des candidats sur la base d’élections primaires internes en toute transparence.

    Les candidats pourraient être départagés de cette façon sans aucune injustice et c’est l’unité du parti qui en sortira renforcée, avant meme d’aller aux élections.

    Dans toutes les vraies démocraties modernes, c’est ce seul principe qui permet de ne pas tricher la volonté populaire ou tripatouiller les élections.
    Quand vous partez sur une base malsaine avant les élections, comment voulez-vous faire des résultats positifs ?
    La démocratie a encore du chemin à faire même pour des élections locales en Guinée. C’est dommage.

    Que les meilleurs dirigeants des Communes viennent de l’UFDG, du RPG, du PEDEN ou de l’UFR, peu importe. L’essentiel est de donner au pays des compétences indispensables au développement des entités locales. Si vous ne donnez pas au pays, les meilleures compétences, rien ne fonctionnera dans ce pays.